menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


L'hyperactivité, une étiquette douloureuse…

J’ai vécu dernièrement une crise épouvantable avec ma fille de 3 ans. Et tout d’un coup, les expériences douloureuses d’un passé pas trop lointain m’ont assaillie. Tout juste après son deuxième anniversaire, ma fille se faisait mettre à la porte de sa garderie en raison de son comportement turbulent.Et déjà, on me parlait d’un comportement hyperactif. Étant moi-même travailleuse sociale et travaillant avec des ados consommateurs qui présentent plus souvent qu’autrement un déficit d’attention, je me suis mise à faire des recherches sur l’hyperactivité afin d’en comprendre les causes.

 

Mais comprendre n’était pas suffisant puisque je me retrouvais avec un problème de taille; ma fille n’avait plus de garderie. Par chance, le CPE près de chez-moi m’a téléphoné pour offrir une place à ma fille dans son installation. Et je ne remercierai jamais assez la directrice et les éducatrices d’avoir accepté ma fille telle qu’elle est, soit une enfant qui déborde d’énergie. Son expérience en installation fut de courte durée mais très positive.

 

Mais ce ne sont pas tous les enfants, bougeant plus que la moyenne, qui ont la chance de se retrouver en installation. Même que certains parents doivent se débrouiller avec leur réseau social puisque leur enfant est mis sur la « black list » des CPE car il demande trop d’énergie de la part des éducatrices. Mais ne vous méprenez pas! Je comprends très bien que les éducatrices désirent un groupe en harmonie. Un enfant turbulent peut défaire rapidement une dynamique de groupe saine.

 

Aujourd’hui je me donne comme mission de vous éclairer sur ce phénomène qu’est l’hyperactivité tout en offrant des pistes d’intervention pour les éducatrices qui se retrouvent avec un enfant dérangeant.

 

Mais qu’est-ce que l’hyperactivité ?

L’étiquette d’hyperactivité ne se porte pas seule; on parle plutôt de troubles de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH). Les premières manifestations de l’hyperactivité et des problèmes d’attention débutent généralement tôt dans le développement de l’enfant. Ces manifestations sont souvent visibles avant l’âge de 7 ans et changent avec les années. Par contre, le TDAH n’est pas diagnostiqué avant l’âge de 4 et plus souvent lors des premières années scolaires. Il est important de mentionner qu’il est diagnostiqué de 4 à 10 fois plus souvent chez les garçons que chez les filles.

 

De façon générale, les enfants atteints de ce trouble :

  • Éprouvent de la difficulté à se concentrer;
  • Éprouvent de la difficulté à terminer une tâche;
  • Sont facilement distraits;
  • Ont de la difficulté à rester en place (par ex. rester assis sur leur chaise) ?
  • Présentent un caractère difficile, impulsif, imprévisible et changeant.

Quelques conseils pratiques pour les éducatrices

  • Offrir des structures claires-Comme son attention se disperse facilement, mieux vaut lui confier une tâche à la fois. Si la tâche ou le jeu est complexe, il est préférable de le décomposer en étapes faciles à comprendre et à réaliser.
  • L’enfant hyperactif est particulièrement sensible aux stimuli extérieurs. Le fait d’être en groupe ou en présence d’une personne agitée ou impatiente peut, par exemple, agir comme élément déclencheur. En repérant, puis en évitant les situations aggravantes, on aide l’enfant à mieux se comporter.
  • Il faut s’assurer que l’enfant dort suffisamment-soit un minimum de 8 à 9 heures par nuit-et l’encourager à faire une sieste durant la journée.
  • Comme l’enfant turbulent exige passablement de patience de la part de son éducatrice, il est important que celle-ci reconnaisse ses limites et qu’elle demande de l’aide au besoin.
  • L’enfant hyperactif n’a pas la notion de danger. C’est pourquoi, il exige généralement plus de surveillance que les autres enfants.
  • La force, les cris et les châtiments corporels ne sont généralement d’aucune utilité. Lorsque l’enfant dépasse les limites, mieux vaut lui demander de se retirer pour retrouver un peu de calme.
  • À force de subir des réprimandes, l’enfant perd toute confiance en lui ce qui ne fait qu’amplifier le problème. L’enfant a besoin d’encouragement et de valorisation
  • Il est important de diminuer nos attentes face à l’enfant turbulent afin d’éviter de le reprendre constamment.

Nous savons tous que la stabilité est primordiale pour les petits bouts de choux. Il est important pour les éducatrices et les parents de travailler ensemble afin de favoriser le bon développement de nos enfants. La communication reste l’outil indispensable afin que l’expérience des enfants en milieu de garde soit un gage de succès pour leur avenir!

 

Annie Boissonneault M.S.S.
Intervenante jeunesse


Bernier bas de page


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Chroniqueurs invitésChroniqueurs invités

Ici nous proposons des articles traitant de différents sujets qui nous sont présentés par des chroniqueurs invités. Nous vous invitons donc à nous soumettre votre texte à conditions que vous en soyez l’auteur ou que vous ayez obtenu le droit de le publier.



Vidéos associées

5 déguisements 5 déguisements "dernière minute" d'Halloween
Tu as oublié Halloween dans quelques jours? Ne panique pas, regarde 5 idées bêtes comme chou!...


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top