menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Parler du coronavirus avec les tout-petits sans les rendre anxieux 

Les tout-petits n’ont pas la même vision ni la même notion des virus ou des aspects sociaux que nous, les adultes. Nous devons les éduquer en utilisant les bons mots. Voici quelques suggestions pour accompagner les tout-petits dans ce contexte mondial habité par la COVID-19.

 

Tout d’abord, commencer par une petite causerie. Écouter les enfants parler de ce qu’ils ont entendu, ce qu’ils retiennent ou imaginent face à ce qui se passe. Prendre le temps d’écouter leurs mots, mais aussi les émotions qui s’en dégagent : peur, inquiétude, neutralité, indifférence, confusion, intrigue, curiosité, etc.

 

Valider les émotions en les normalisant, en affirmant que toutes les émotions sont correctes. Par exemple, leur dire : « C’est normal d’être inquiet, d’avoir peur, de vouloir comprendre, etc. » Cette attitude accueillante et rassurante de la part de l’adulte peut faire toute la différence sur la quiétude des enfants.

 

Rectifier les propos des enfants, voire les perceptions ou les croyances erronées, et ce, en faisant attention aux mots utilisés et en démontrant une attitude de confiance. Si vous êtes paniqué face à la situation, votre émotion transparaitra à votre insu; celle-ci sera captée par le cerveau des enfants. Vous avez donc intérêt à trouver les moyens de vous calmer d’abord ou d’être conscient de vos peurs pour ne pas les communiquer.

 

C’est comme un enfant qui a peur d’un monstre sous le lit. La peur est bien réelle; il y a effectivement quelque chose, mais ce n’est pas un monstre. Regardons ce que c’est réellement plutôt que d’utiliser des stratégies d’évitement, comme le fait un enfant (et bien des adultes!) avec le monstre. Ne pas hésiter à adapter votre langage pour expliquer le tout aux enfants. Utiliser le jeu, des contes, des images ou des expériences concrètes pour les aider à visualiser le virus et faire sens. Vous pourriez même inventer une histoire ludique autour d’un monstre nommé Covid pour expliquer le tout ou en faire une pièce de théâtre avec les enfants, à partir des éléments qui suivent.

 

Qu’est-ce que le coronavirus? C’est un virus, tout comme la grippe. Il diminue avec le temps. Dessiner une forme ludique et non effrayante qui va en diminuant.

 

Pourquoi les gens ont-ils peur? Il n’y a actuellement pas de vaccin (ou de médicaments) pour diminuer la propagation. De plus, il y a des personnes qui sont plus vulnérables, qui peuvent devenir plus malades, comme les personnes âgées ou celles qui ont déjà une maladie. Si les enfants ont entendu que des gens en meurent, leur dire la vérité et les rassurer en précisant que ces gens étaient très âgés ou très malades. Ici, on peut dessiner une autre forme plus grosse qui combat le virus.

 

Pourquoi les fermetures de garderies, d’écoles? C’est la Santé publique (un groupe d’adultes spécialistes qui s’occupent de la santé de nous tous) qui a pris cette décision. Si trop de personnes sont malades en même temps, il n’y aura pas assez de personnel ni d’équipements pour soigner tout le monde. On veut donc éviter que le virus se répande. Moins on rencontre de personnes, moins cela se transmet. C’est comme l’effet domino : quand un domino en touche un autre, toute la série est touchée, mais si on en retire un, l’effet de chute s’arrête.

 

Notre protection? Nous possédons tous des anticorps (des combattants de virus). Ils sont là pour nous protéger, ce qui fait que ce ne sera pas tout le monde qui sera malade (dessiner de beaux gros anticorps forts). Dans une même famille ou un groupe de garderie, quand il y a un virus (gastro, grippe, bronchite, varicelle, amygdalite, etc.), ce ne sont pas tous les membres qui développent les symptômes. Parfois, on peut même avoir le virus, mais nos anticorps le combattent. Cela fait en sorte que les symptômes ne se développent pas… ou peu. Ici, on peut faire jouer des bonshommes qui se combattent, des bons qui gagnent contre des méchants.

 

Que peut-on faire pour éviter d’attraper ce genre de virus ou de le transmettre aux autres ?

  • Tousser dans son coude.
  • Se laver les mains avant le repas ou après s’être mouché; chanter la chanson du lavage des mains ou compter jusqu’à 20.
  • Jeter les mouchoirs dans la poubelle, ne pas les laisser trainer.
  • Éviter de mettre nos doigts dans notre bouche ou de toucher nos yeux. Ce virus s’attrape si on inspire ou avale des gouttelettes de quelqu’un qui a le virus qui a toussé ou encore si on touche un endroit sur lequel se trouve des particules de virus ET que nous mettons nos doigts dans notre bouche ou touchions nos yeux.

 

Qu’est-ce qui augmente la force des combattants (du système immunitaire)? Faire des activités physiques comme jouer dehors, se reposer, jouer à inventer des histoires. L’amour, l’affection et les mots doux aident également. Avis aux adultes : le fait de s’amuser, jouer et rire aide à combattre le virus!

 

Préciser que si les enfants ont d’autres questions ou des peurs, ils peuvent venir vous en parler. En guise de conclusion, leur dire : « Votre rôle d’enfant c’est de vous amuser, de jouer, de rire. Laissez aux adultes le devoir de s’occuper de ces choses-là! »

 

 

 

Nathalie Parent

Psychologue, auteure, formatrice

 


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Nathalie ParentNathalie Parent

Nathalie Parent est psychologue et auteure de plusieurs livres traitant l’enfance et la famille. Elle pratique la psychothérapie auprès des enfants (avec la thérapie par le jeu), des adolescents, des adultes, des couples et des familles. Elle intègre plusieurs approches afin de répondre adéquatement aux besoins de chacun. Chargée de cours à l’Université Laval, elle a agi à titre d’éducatrice ainsi qu’enseigné à des étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a aussi supervisé ces dernières dans différents milieux de garde. Elle se consacre maintenant à sa pratique de psychologue, à l’écriture, à la création d’outils pédagogiques et au partage de ses apprentissages à travers des conférences, formations et supervisions dans différents milieux de travail dont les milieux de garde et les écoles.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top