menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Faire un « scan mental » : suis-je disposée à intervenir?

Vous sentez-vous toujours disposée à intervenir avec les enfants? Est-ce qu’à l’intérieur de vous vous êtes toujours suffisamment calme pour assurer des interventions adéquates? Personnellement, pas toujours…

 

Les comportements des enfants, leurs paroles et leurs gestes peuvent parfois venir nous chercher. Nous pouvons alors ressentir de la colère, de la tristesse, voire de l’irritabilité… Il ne faut pas oublier que nous sommes des êtres humains et que, comme tout le monde, on peut avoir de moins bonnes journées. Notre vase émotif peut être déjà rempli. Une simple petite goutte peut alors venir déstabiliser notre état émotif et nous sommes alors quelque peu prisonnières de nos interventions.

 

Il est important d’être émotivement disponible pour intervenir de façon bienveillante. Vous vous devez d’être mentalement disponible et émotivement ouverte à accueillir les émotions des enfants. Je crois qu’il est sain de prendre une micropause et vous demander ceci : « Suis-je disponible à intervenir? » Vous devez faire un « scan mental » et vous connecter avec vos émotions, votre ressenti.

 

Personnellement, j’utilise le « scan mental » assez régulièrement dans les moments critiques, lors des journées où j’ai les émotions à fleur de peau, où les interventions se comptent par dizaines et mon vase de patience est déjà bien à plat. Si mon « scan mental » révèle que je suis bien disponible à intervenir, je me lance dans mon intervention. Autrement, je prends quelques instants, je me retire, je respire pour calmer mes émotions et j’interviens ensuite. Si j’ai quelqu’un sur qui m’appuyer, je lui demande d’intervenir à ma place.

 

Plusieurs me disent : « Oui, mais je n’ai pas le temps de m’arrêter et de me poser cette question. » Il est vrai que, dans le feu de l’action, le pilote automatique embarque souvent. Ce type d’autoanalyse est loin dans la liste des priorités. Pourtant, le pilote automatique fait souvent prendre le bord à la bienveillance et les réactions face aux comportements prennent alors toute la place. C’est là que tout devient chaotique.

 

Prendre le temps de faire un « scan mental » me permet de me respecter, de connaitre mes limites et d’être une meilleure maman pour mes enfants. Une intervention trop émotive face aux comportements amène des conséquences démesurées et des punitions inutiles. Cela me fait aussi perdre énormément d’énergie. Le « scan mental » me permet de faire honneur à ma relation avec mes enfants et de ne pas la briser par des interventions que je juge trop réactives.

 

À partir de maintenant, je vous recommande de prendre ces quelques instants de pause pour vous demander si vous êtes bien disposée à intervenir. Cette pratique demandera des efforts au début, mais tranquillement, elle deviendra un automatisme.

 

Maude Dubé, éducatrice spécialisée


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité



Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top