menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Quand l’agressivité devient un problème

L’agressivité est sans contredit un mot qui nous fait tous un peu peur, un mot un peu tabou qui a une connotation plutôt négative. On voudrait ne pas avoir à intervenir et ne pas être témoin d’un enfant qui frappe un autre enfant, qui utilise des mots vulgaires lorsqu’il est en colère. Cependant, dans le monde préscolaire, l’agressivité fait partie du développement normal chez l’enfant. Cela est d’abord parce qu’il n’a pas encore appris à régler ses conflits de façon pacifique, mais aussi parce qu’il est maladroit socialement, qu’il ne connait pas la différence entre le bien et le mal et qu’il apprend tranquillement à intégrer les interdits que la société lui impose.

 

Soyez rassurée, dans la plupart des situations, l’agressivité est normale pour les enfants en bas âge. Voici ce à quoi vous devez vous attendre en ce qui concerne le développement de l’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans.

Entre 0 et 1 an, l’enfant exprime principalement sa colère par des pleurs et des cris. Lorsqu’il a faim ou lorsqu’il est inconfortable, l’enfant pourra exprimer ses besoins de cette façon. On observera également des gestes maladroits, purement exploratoires : un enfant qui tire les cheveux d’un autre, lancer un objet ou agripper un autre enfant.

 

Entre 1 an et 2 ans, le taux d’agression est assez élevé. L’enfant a un besoin grandissant d’autonomie, mais se heurte aux interdits de l’adulte. Il exprime sa frustration en frappant un autre enfant, en donnant un coup de pied, en criant. L’enfant apprend par essais et erreurs et tente de découvrir quelles réactions ses comportements provoquent chez l’adulte.

Entre 2 et 3 ans, le nombre de crises que l’enfant fait est à son maximum. La période du « terrible twos » est officiellement installée. L’enfant s’exprime, veut son autonomie, est très égocentrique et considère officiellement que son entourage a les mêmes désirs et besoins que lui. En étant confronté à des interdits, à des amis parfois un peu trop envahissants ou qui ne comprennent pas ses désirs, l’enfant vit des frustrations qu’il exprimera par des gestes agressifs.

 

Entre 3 et 5 ans, on voit habituellement le nombre d’agressions physiques diminuer considérablement alors que le nombre d’agressions verbales augmente. L’enfant a accès à un vocabulaire beaucoup plus grand et peut s’exprimer convenablement. Il a aussi compris que les gestes agressifs sont probablement à proscrire, car vous avez intervenu convenablement à l’âge de 2 ans. Maintenant, il teste vos réactions d’une manière différente.

 

Outre les caractéristiques normales du développement chez l’enfant, certains facteurs peuvent augmenter le nombre de gestes agressifs. Par exemple, un problème de santé peut provoquer de l’inconfort, mais on peut aussi penser à un stress vécu par l’enfant ou un changement dans sa vie familiale ou à la garderie. Il se peut aussi que l’enfant ait appris par « modeling » à utiliser l’agressivité pour régler un conflit ou exprimer une frustration. Les pairs, la fratrie et même les adultes peuvent influencer négativement l’enfant. Certains enfants ont une personnalité beaucoup plus explosive que d’autres. Un enfant peut être plus irritable, plus actif ou plus impulsif et cela peut provoquer divers comportements négatifs.

 

Vous devez également être consciente que vos interventions en tant qu’éducatrice, tout comme celles des parents à la maison, viendront influencer positivement ou négativement les gestes agressifs de l’enfant. Un comportement plus réactif de l’adulte ainsi qu’une méthode non adaptée sont à considérer.

Comment intervenir? Voici quelques pistes pour vous guider :

  • Donner beaucoup d’attention aux comportements positifs de l’enfant. Plus vous lui en donnerez, moins il utilisera des comportements négatifs pour attirer votre attention.

  • Offrir des règles claires à l’enfant. Lui expliquer ce qui est permis, ce qui ne l’est pas… Clarifier aussi vos méthodes d’intervention. Utiliser les mêmes méthodes pour les mêmes comportements. Avec beaucoup de constance, l’enfant comprendra rapidement que certains comportements provoqueront toujours la même réaction chez l’adulte.

  • Favoriser l’expression verbale. Amener l’enfant à s’exprimer à l’aide de mots plutôt qu’à l’aide de gestes. 

Mais que faire si aucune intervention ne fonctionne?

 

Si, malgré vos interventions constantes, le problème persiste toujours et s’aggrave même, vous devrez peut-être aller voir à un autre niveau. L’agressivité peut parfois être reliée à une problématique relative à l’enfant ou à son environnement social.

 

Voici quelques pistes à explorer :

  • Aborder la question avec les parents et vérifier les comportements de l’enfant à la maison. Agit-il de la même façon dans les deux environnements?

  • Mettre vos interventions sur papier et demander aux parents de faire la même chose. Vous pourrez ainsi voir les similitudes et les différences.

  • Établir un plan d’intervention ensemble. Cibler les comportements que vous voulez voir changer en formulant le tout en termes de ce que vous désirez obtenir. Exemple : Thomas exprimera sa colère avec des mots …

  • Identifier des moyens concrets pour travailler vos objectifs.

  • Exemple : 1) Utiliser la méthode du retrait. 2) Laisser l’enfant sur la chaise de retrait pendant 3 minutes. 3) Faire un retour verbal avec l’enfant. 4) Lui proposer un geste de réparation.

  • Établir ensemble un moyen de communication (journal de bord, téléphone une fois par semaine, petit mot rouge dans le cahier de l’enfant, etc.). Cette façon de faire vous permettra d’éviter que l’enfant d’entende les mauvais commentaires à propos de son comportement. Le parent doit en être informé, mais l’enfant n’est pas dans l’obligation d’entendre le tout.

  • Ne pas hésiter à vous retourner vers des ressources externes… Vous pouvez faire appel à une travailleuse sociale, une éducatrice spécialisée ou tout autre professionnel qui pourrait poser un regard objectif sur votre situation et vous proposer des solutions concrètes en plus de faire un suivi régulier avec vous.

Garder en tête qu’un changement de comportement chez l’enfant peut être long et nécessiter beaucoup d’efforts. Ensemble, on travaille plus fort.

 

Maude Dubé,
éducatrice spécialisée


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Maude DubéMaude Dubé

Maude Dubé, éducatrice spécialisée, vous propose des solutions concrètes et des pistes d’interventions simples pour vous guider face à certaines problématiques rencontrées dans votre travail au quotidien.



Vidéos associées

5 déguisements 5 déguisements "dernière minute" d'Halloween
Tu as oublié Halloween dans quelques jours? Ne panique pas, regarde 5 idées bêtes comme chou!...


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top