menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Pourquoi travailler avec les enfants ayant des besoins particuliers?

J’ai commencé à travailler auprès des enfants dits « différents » la minute où j’ai posé le pied à l’Université de Montréal pour entamer mon baccalauréat en psychoéducation. J’ai compris rapidement que la théorie c’était bien, voire nécessaire, mais que la pratique était encore mieux et même essentielle.

 

J’ai donc agi à titre d’animatrice dans un organisme communautaire de la Rive-Sud de Montréal auprès d’enfants et d’adolescents ayant un diagnostic de déficience intellectuelle et souvent, bien d’autres diagnostics associés (TDAH, syndrome de Gilles de la Tourette, épilepsie, syndrome de Kabuki et j’en passe).

 

J’ai eu le plaisir de danser avec ces enfants, de chanter, de jouer, de rire, de consoler, d’aider, de guider et surtout d’apprendre. J’ai appris davantage sur les diagnostics et les approches à privilégier, certes, mais aussi à comprendre, d’apprendre sur moi et sur l’être humain en général, que ce soit dans mes interactions directes avec les enfants ou en discutant avec leurs parents, leurs frères, leurs sœurs.

 

Puis, comme cet organisme offrait un service de camp de jour l’été, j’ai eu l’opportunité d’être en contact avec des enfants ayant un diagnostic d’autisme. J’étais intriguée par ces enfants qui réagissaient fortement à des éléments de l’environnement qui me semblaient anodins. J’étais impressionnée par l’organisation des animateurs et leur structure qui répondaient en fait au besoin viscéral de ces enfants de comprendre leur environnement.

 

À la fin de cet été-là, j’ai changé d’équipe pour travailler auprès de ces enfants. J’étais fascinée par leur mode de fonctionnement interne, par tout ce que j’apprenais sur eux, sur leur vision du monde. Puis, dans le cadre d’une formation, j’ai été bouleversée de saisir l’ampleur de l’impact qu’a ce type de diagnostic sur les familles. Il y a l’annonce de ce diagnostic, le deuil du futur imaginé pour leur enfant, les adaptations au quotidien pour faciliter la vie de l’enfant et celle de la famille, le temps et l’énergie investis à tenter de comprendre, d’intervenir adéquatement, de s’outiller, de se déplacer pour les rendez-vous d’évaluation, d’orthophonie, d’ergothérapie, de psychoéducation, de psychologie. De plus, j’ai été touchée par l’effet sur la fratrie. Les frères et sœurs ont besoin de tant d’attention eux aussi pour se développer, pour grandir, pour devenir, mais ne peuvent en avoir autant que ce qu’ils espéraient ou que ce qu’ils observent chez leurs amis en raison des difficultés engendrées par le diagnostic (des crises plus fréquentes, des rendez-vous interminables, des nuits écourtées, de l’autonomie moindre).

 

J’ai entamé ma maitrise, toujours en psychoéducation, pour entreprendre un mémoire portant sur la sensibilité parentale et le lien d’attachement dans la dyade parent-enfant autiste en collaboration avec la Fondation Mira. Plus d’une centaine de familles m’ont accueillie chez elles, ont discuté avec moi, m’ont permis de leur poser des questions, de plonger dans leurs souvenirs finalement pas si lointains, de les observer en interaction avec leur enfant et de rencontrer la fratrie pour mieux comprendre la dynamique familiale.

 

J’en ai tant appris sur le stress, la dynamique, les relations, les enjeux, les défis familiaux mais les cadeaux, les apports et la richesse aussi.

 

Surtout, j’ai compris ce besoin de partager, d’appartenir, de rencontrer et d’échanger qu’ont ces parents. J’ai réalisé à quel point ils désirent comprendre, se faire guider, parfois se confier (même souvent) et qu’ils souhaitent la compréhension et la sensibilisation chez les autres.

 

Quand educatout.com m’ont offert de collaborer avec eux, je n’ai fait ni une ni deux et j’ai accepté parce que j’adore mon travail, parce que j’adore les individus auprès de qui je le fais, parce que j’adore écrire et parce que je constate depuis plus de six ans que tous ces besoins des parents d’enfants ayant des besoins particuliers ne sont pas tout à fait comblés. Bien sûr, il en va de même pour les éducatrices en garderie oeuvrant auprès de ces enfants puisque leur intégration est assez récente et de plus en plus fréquente.

 

À chaque mois, j’aborderai un aspect de cette réalité que plusieurs parents vivent : la différence de leur enfant. Je proposerai tantôt des pistes d’intervention spécifiques à certaines problématiques, tantôt des pistes de réflexion, puis un autre tantôt, des réponses à vos questions.

 

Cela me fait un grand plaisir de savoir que je communiquerai avec vous sur une base régulière. Au plaisir!

 

Stéphanie Deslauriers

Psychoéducatrice


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top