menu
Educatout
Recherche
Educatout

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents




Parents et sieste

De nos jours, les éducatrices doivent non seulement prendre soin du besoin en sommeil des enfants dont elles ont la garde, mais aussi informer les parents des besoins en sommeil de leur enfant. Par ailleurs, elles doivent parfois faire preuve d’autant de tact que d’affirmation auprès des parents lorsqu’il s’agit de maintenir la sieste à la garderie.

 

Il n’est pas rare que des parents exigent des éducatrices de réduire la durée de la sieste de leur bébé de 18 mois tandis que d’autres demandent que leur bambin de 2½ ans ne fasse plus du tout de sieste alors qu’il tombe de sommeil durant le repas du midi dans leur milieu de garde, témoignant grandement de sa fatigue. 

 

Les demandes des parents sont fondées sur le fait que leur enfant (autant celui de 18 mois que celui de 2½ ans, 3 ans et 4 ans) tarde à s’endormir le soir, voire qu'il ne s’endort pas avant 21 h 00, 22 h 00 ou même 23 h 00. Pourtant, lorsqu’on laisse ces enfants dormir à la sieste, et parfois ce sont eux qui le réclament à leur éducatrice, ils dorment bien et il devient même difficile de les réveiller à la fin de la période de sieste. Pour cette raison, c'est tout à fait inconcevable de réveiller un enfant après 30 minutes de sieste. Par ailleurs, si un bambin n'arrive pas à se réveiller de lui-même avant 15 h 00, il a manifestement un déficit de sommeil. La problématique se situe alors à la maison. Que devez-vous faire?

 

Votre rôle est de répondre aux besoins des enfants dont vous avez la garde tout en accueillant les défis des parents. Le sommeil étant un besoin essentiel tout comme manger l'est, il ne viendrait jamais à l'idée des parents de vous demander de couper le repas du midi de leur enfant afin que celui-ci mange mieux au repas du soir! Pourquoi alors couperiez-vous la sieste lorsque l'enfant dort mal la nuit ou prolonge son temps d’endormissement en début de soirée? 

 

La première chose à faire est d’informer les parents que si la sieste de l'après-midi a lieu entre 12 h 30 et 15 h 00, elle ne vient pas du tout interférer avec le dodo de la nuit (source : Brigitte Langevin, auteure du livre Sommeil : la boite à outils, Éditions de Mortagne).

 

Le deuxième point est de demander aux parents comment se déroule le rituel et surtout découvrir ce qui se passe entre le moment du coucher et le moment de l’endormissement de leur bébé ou de leur enfant. Lorsqu’un enfant ne s'endort que passé 21 h 00, la problématique est souvent le syndrome de rappel, c’est-à-dire qu'il réclame de nouveau ce qu’il a déjà reçu lors de son rituel. Fréquemment, sans le réaliser, les parents sont ceux qui empêchent le plus leur enfant de s'endormir. Les nombreuses interventions des parents dans le but de bien faire pour voir dormir leur enfant rapidement le maintiennent plutôt réveillé et l'empêchent finalement de s'endormir. Le verre d’eau, le câlin supplémentaire et la visite aux toilettes ne sont pas des nécessités, mais bien des tactiques généralement employées pour étirer le temps de veille et mobiliser l’attention des parents. Plus l’enfant reçoit de l’attention (que ce soit positif : câlin, tendresse et baisers ou négatif : cris, négociations, pleurs) de ses parents une fois au lit, plus il est motivé. 

Par ailleurs, plus il est fatigué, plus il a besoin de temps pour se détendre (décharger le trop-plein de cortisol : hormone d’éveil) et plus il devient créatif, puisque l’appel au sommeil n’est pas encore au rendez-vous. C’est tellement contrintuitif le sommeil des enfants!

 

Malheureusement, lorsqu’un enfant ne fait pas de sieste, il s'endort parfois plus facilement le soir à la maison, parce qu'il est tout simplement épuisé et n'a même plus la force d'user de stratégies pour repousser le moment du sommeil, c’est-à-dire de jouer son rôle d’enfant en testant les limites de ses parents. Certains parents apprécient cette façon de faire, car cela évite qu'ils soient obligés de faire preuve de fermeté et d’encadrement, ce qui est beaucoup plus exigeant qu'un enfant qui s'endort rapidement parce qu'il est épuisé.

 

Le prix à payer est que lorsque l’enfant n’aura plus besoin de dormir durant la journée (autour de 4-5 ans) et qu’il ne sera plus épuisé en soirée, les problèmes qu’avaient les parents à l’époque reviendront! Ces parents ne font que repousser le moment de mettre en place une hygiène de vie saine par rapport au dodo le soir. Par ailleurs, plus les enfants grandissent, plus ils deviennent contestataires, créatifs et conscients des limites flexibles de leurs parents. Le défi devient donc encore plus grand pour les parents.

 

Afin de vous soutenir dans ce défi avec les parents, vous trouverez sur Educatout.com la formation de perfectionnement à distance Des dodos harmonieux à la garderie. Vous y trouverez plusieurs outils pour soutenir les parents dans cette démarche et valider la vôtre pour la sieste dans votre milieu de garde.

 

Bon dodo!

 

Brigitte Langevin, auteure et conférencière
Experte en éducation au sommeil
Coach en PNL
www.brigittelangevin.com 
https://www.facebook.com/bonneshabitudesdesommeil/

Un enfant qui dort bien est joyeux… et ses parents heureux!

Auteure de plusieurs livres dont : Sommeil - boite à outils aux Éditions de Mortagne


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.



Auteur

Brigitte LangevinBrigitte Langevin

Conférencière, auteure et spécialisée spécifiquement dans le sommeil des enfants et des adultes, dont la mission est d’aider à développer (ou de retrouver) de bonnes habitudes de sommeil.

Réputée pour son dynamisme, son humour, sa passion et ses capacités de vulgarisatrice en matière de sommeil, Brigitte emploie son expertise pour outiller le personnel de la petite enfance, les parents et les professionnels de la santé de façon concrète et réaliste. Elle veut ainsi les accompagner pour leur démontrer que bien dormir, c’est à la portée de tous! Les nuits (et les siestes) deviennent satisfaisantes et les journées agréables.

Brigitte Langevin est régulièrement invitée à donner des conférences, des formations et à intervenir auprès des organisations désireuses de prendre soin du sommeil des petits et des grands.




Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top