menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Mon fils de 3 ans et 2 mois fait des crises de plus en plus fréquentes

Bonjour,

Mon fils de 3 ans et 2 mois fait des crises de plus en plus fréquentes... Il est alors impossible de le calmer et malheureusement, je pourrais même dire que ces crises sont presque violentes. Si jen'interviens pas pour tenter d’y mettre fin, elles peuvent durer une heure ou plus. Il fait une crise par jour minimum, à moins de marcher sur des œufs ou que je ne sois seule avec lui. Cela arrive pour des riens : il n'a pas mangé le dernier bout de pain, il ne m'a pas aidée à descendre son vélo, on n’a pas voulu qu'il nous aide à couper des aliments (parce qu'il est grand et capable... c'est moi, c'est moi, c'est moi...). Au lieu de parler et d’exprimer son désir, il débute immédiatement avec une grosse crise. Ce n'est plus drôle du tout. Il est apprécié à la garderie et s'amuse bien avec ses amis. Il est un leadeur au dire de ses éducatrices. Par contre, nous avons déjà dû faire face à une éducatrice remplaçante qui nous a accueillis en fin de journée en nous disant que L.  avait beaucoup d'agressivité en dedans de lui... Il est avancé pour son âge. Son vocabulaire est impressionnant et je me demande même parfois où il apprend tout ça... Il a des tubes dans les oreilles et il lui arrive parfois de se mettre les mains sur les oreilles quand un enfant pleure, crie ou lève le ton. Il « capote » littéralement et dit que cela lui fait mal aux oreilles. Il pleure même alors que le bruit n'est pas si fort que ça... Je ne dois pas oublier de mentionner les grands-parents qui s'en mêlent et me disent que mon fils n'est pas normal et ainsi de suite. Inutile de vous dire que cela crée des tensions familiales. Bref, j'ai beau lire sur le sujet, essayer de l'ignorer et tenter de lui parler, la situation empire. Je ne sais plus quel comportement adopter ni vers qui me tourner.


Certains me disent que c'est une phase et que ça passera, mais je commence à être assez inquiète pour m'adresser à un professionnel.

J'attends de vos nouvelles.


Bonjour,

 

Vous serez d’abord probablement intéressée à lire les deux articles suivants qui traitent de stratégies pour diminuer les crises ainsi que de l’hypersensibilité auditive si vous ne les avez pas déjà consultés.

 

Stratégie d'intégration pour un enfant qui a de la difficulté à se mêler aux autres enfants.

 

Enfant hyper sensible au bruit

 

D’après votre description, L.  me semble un enfant éloquent et bien intégré socialement. Par ailleurs, le fait qu’il a réussi à développer une belle maturité du langage suggère, de mon point de vue, qu’il traite bien les sons sur le plan auditif. Ainsi, il est peu probable que ses comportements soient liés à la myringotomie (tubes dans les oreilles). Bien que certains enfants présentent une hypersensibilité auditive, les enfants ne couvrent pas toujours les oreilles quand le volume des bruits est trop fort. Parfois, ils agissent ainsi lorsqu’ils se sentent tout simplement surchargés. Nous sommes tous plus intolérants aux bruits lorsque nous nous sentons dépassés. Pour le corps, le fait de se bloquer les oreilles représente une forme de petite pause sensorielle.

De ma perspective, nous pourrions soupçonner les défis suivants pour L. :

  1. Anxiété déclenchée quand les évènements ne se déroulent pas comme il les avait anticipés.
  2. Difficulté à mobiliser son langage lorsqu’il est déstabilisé.
  3. Difficulté à se désengager seul d’une crise une fois celle-ci initiée.

L. est encore petit et son système nerveux est encore en plein développement. Suffisamment de sommeil, une bonne alimentation et beaucoup d’activités motrices seront bénéfiques pour diminuer sa réactivité et pour l’aider à gagner de la maturité. Certains apprentissages/outils seront aussi probablement aidants. Voici quelques suggestions :

  • Aider L. à comprendre son corps, ses sens (ce que j’entends, ce que je vois, etc.), ses sensations internes (ex. faim, envie de pipi, fatigue, émotions, etc.).
  • Initier L. aux différentes émotions à l’aide de livres et surtout, par des commentaires sur vos propres émotions, celles des autres et celles de L. aux moments mêmes où elles sont vécues.
  • Préparer une image ou un dessin représentant les émotions les plus fréquentes et proposer à L. de l’utiliser pour communiquer ce qu’il ressent lorsqu’il n’arrive pas à s’exprimer avec des mots.
  • Lorsque L.  a besoin d’aide pour gérer une émotion, tenter de lui offrir un soutien physique (câlin) sans parler jusqu’à ce qu’il reprenne le contrôle ou, si vous êtes impliquée dans la situation, fournir un moyen plus indirect, par exemple un « câlin de coussins ».
  • Fournir des moyens à L.  pour qu’il puisse gérer seul ses émotions de colère et d’anxiété. Faire une liste d’activités pour « changer les émotions » et les expérimenter durant des moments de joie où il est calme. Inviter L.  à choisir celles qu’il préfère. Pratiquer leur utilisation à travers des jeux de rôle. Un de ces moyens peut être un retrait volontaire dans un coin calme. Consulter l’article L’autorégulation… une question d’organisation pour une suggestion.
  • Enfin, lorsque L.  a repris le contrôle et est disponible, l’aider à visualiser avec des dessins la situation qui a mené à sa crise, ses réactions, celles des autres ainsi que des suggestions pour une gestion alternative de la situation dans le futur.

Je vous souhaite une bonne expérimentation avec les stratégies offertes. Si la situation ne progresse pas, une consultation professionnelle pourrait possiblement vous outiller davantage et plus spécifiquement.

 

Josiane Caron Santha, ergothérapeute


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Josiane Caron SanthaJosiane Caron Santha

Diplômée d'une maîtrise en ergothérapie et ergothérapeute depuis 1998, Josiane Caron Santha est propriétaire d'Ergothérapie Les Mille-Pattes, une clinique pour enfants renommée pour ses services en ergothérapie et en autisme. Josiane compte également diverses expériences à titre d'auteure et de formatrice. Elle a récemment publié 'L'apprentissage du découpage chez l'enfant'.



Vidéos associées

5 activités pour promouvoir l'extension du poignet 5 activités pour promouvoir l'extension du poignet
5 activités pour promouvoir l'extension du poignet...


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top