menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Démystifier le trouble opposition et les comportements d’opposition

L’opposition aux règles, le refus de collaborer et les crises de colère lorsque l’on insiste un peu sont tous des comportements que l’on rencontre avec de jeunes enfants. Que ce soit à la maison ou en milieu de garde, tous les enfants passeront par des périodes d’opposition plus ou moins intenses. Il m’arrive souvent de discuter avec des parents ou des éducatrices qui me racontent leur désarroi face à ces comportements. Certains se questionnent sur les interventions à privilégier, d’autres se demandent si un enfant ne développera pas un trouble de comportement.

 

Il est très normal de se sentir dépassée par ces comportements opposants. Dans la majorité des cas, en plus, j’observe que lorsque l’on insiste pour amener un enfant à collaborer, il s’ensuit une crise qui peut parfois durer pendant plusieurs minutes, voire une heure. Cependant, avant de parler de « trouble » d’opposition ou de comportement problématique, il faut relativiser le tout et départager ce qui est problématique de ce qui est « normal ». En effet, même si ces comportements rendent votre rôle plus difficile, ils s’inscrivent dans le développement normal de l’enfant.

 

Il est important de changer un peu votre perception, d’y voir un enfant en plein développement. Quand pouvons-nous parler de trouble d’opposition? En réalité, nous parlerons de trouble d’opposition uniquement à un âge plus avancé, souvent dans la période scolaire. Les comportements opposants sont, dans ce cas, beaucoup plus intenses, plus fréquents et surtout, présents sur une longue période. De plus, il faut savoir que pour poser un diagnostic de « trouble », il faut qu’un professionnel ait évalué l’enfant. Sans cette évaluation, un diagnostic ne peut être émis.

 

Dans la période de 0 à 5 ans, nous rencontrons donc principalement des comportements opposants reliés au développement. Pour certains enfants, ces comportements seront plus ou moins intenses. Généralement, après une certaine période et avec des interventions adaptées, vous observerez une diminution de l’opposition. Quelles sont les pistes de solution à envisager? Lorsque je rencontre des enfants qui s’opposent beaucoup, je travaille toujours sous ces 4 angles avec les parents.

  • Prendre conscience que l’opposition cache souvent un besoin d’affirmation important. On doit donc y répondre de façon positive et adéquate. Une intervention en ce sens diminuera grandement les comportements opposants qui peuvent être négatifs au quotidien.
  • Donner beaucoup d’autonomie à l’enfant. On peut répondre au besoin d’affirmation de l’enfant en lui offrant des occasions de faire les choses lui-même, des moments d’autonomie où il aura l’impression de prendre des décisions.
  • Offrir de faux choix dirigés et éclairés qui permettront à l’enfant d’avoir l’impression d’avoir du pouvoir. Par exemple, lui dire : « Veux-tu mettre ton manteau ou ta tuque en premier? »
  • Trouver la limite et l’équilibre entre offrir un cadre sécurisant et faire place à l’autonomie pour permettre à l’enfant d’avoir un peu le sentiment qu’il exerce du contrôle sur sa vie. L’enfant a besoin d’un cadre, mais aussi de latitude. Trouver votre équilibre, celui dans lequel vous vous sentez bien, mais qui permet à l’enfant d’évoluer et collaborer positivement.

Maude Dubé, éducatrice spécialisée


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité



Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top