menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


10 faits sur les comportements opposants

Les comportements opposants, en rencontrez-vous avec votre groupe, votre enfant? Il n’est pas facile d’y voir clair et de bien comprendre l’origine, les causes, les interventions à privilégier... Je vous ai préparé 10 faits pour bien comprendre les comportements opposants et vous guider dans vos interventions.

 

La très grande majorité des comportements opposants font partie d’une phase normale du développement

Plusieurs comportements opposants rencontrés au cours du développement de l’enfant sont reliés à certaines phases. On parle, entre autres, de la période des 2 ans et de la période des 4 ans. Celles-ci sont caractérisées principalement par des comportements opposants. Ces comportements, avec des interventions adaptées, finiront par disparaitre ou diminuer d’intensité. Cependant, ces phases nécessitent une adaptation au niveau des interventions quotidiennes.

 

Il existe un lien étroit entre l’anxiété et l’opposition

Lorsque l’on creuse un peu pour connaitre la cause ou ce qui se cache derrière l’opposition, on y trouve souvent de l’anxiété. L’enfant se sent inconfortable dans une situation ou a peur de l’échec et va systématiquement s’opposer afin d’éviter cette situation. Il faut alors travailler sur l’anxiété pour voir les comportements opposants diminuer en fréquence.

 

Les causes ou les origines de l’opposition peuvent provenir de l’environnement, de l’enfant ou des adultes autour de lui

Les comportements opposants peuvent prendre naissance à divers niveaux : l’environnement, voire les adultes entourant l’enfant (interventions, lien affectif, etc.). Il faut, afin de bien comprendre et adapter vos interventions, analyser chaque aspect afin de bien comprendre le « pattern » opposant. La cause ou les causes derrière celui-ci vous indiqueront la ligne directrice des interventions à favoriser.

 

Nourrir la relation avec l’enfant est une intervention primordiale pour diminuer l’opposition

Nourrir la relation et établir une base solide est indispensable pour diminuer les comportements opposants. L’enfant doit développer sa confiance en l’adulte; une fois cela fait, vos interventions seront plus efficaces.

 

Une bonne hygiène de vie aide à diminuer l’opposition chez les enfants

Le sommeil, une bonne alimentation et des activités adaptées à l’enfant aideront, entre autres, à faire diminuer les comportements opposants. Plus un enfant sera fatigué, par exemple, plus il sera irritable et plus il aura tendance à s’opposer aux consignes données. Établir de bonnes habitudes afin de diminuer le risque des comportements opposants.

 

Ce n’est pas parce qu’un enfant aime déjouer l’adulte ou accepte plus difficilement d’obéir qu’il a un trouble d’opposition

Comme mentionné plus haut, la plupart des comportements sont reliés à une phase de développement. La très grande majorité des comportements diminueront donc avec le temps. Très peu de comportements opposants seront associés à un vrai « trouble d’opposition » qui sera diagnostiqué avec le temps. Vous devez donc peser vos mots et éviter de poser une étiquette à un enfant trop rapidement.

 

La surintervention avec l’enfant augmentera ses comportements opposants

Il faut viser à intervenir moins, mais intervenir mieux… Cela implique de choisir judicieusement vos interventions et d’ignorer les comportements moins importants afin de diminuer la « pression » sur l’enfant. Un nombre élevé d’interventions fera sans doute naitre davantage d’opposition.

 

La constance est un élément fondamental avec les enfants plus opposants

Les enfants qui s’opposent sont beaucoup à la recherche de constance dans les méthodes. Ils auront davantage tendance à « tester » l’adulte. Vous devez donc faire preuve de vigilance afin de favoriser la constance dans vos interventions quotidiennes.

 

Collaborer peut « gouter bon » pour l’enfant… il faut seulement l’amener à y prendre plaisir

Tout comme certains comportements opposants peuvent « gouter bon », c’est-à-dire apporter un gain à l’enfant, la collaboration peut devenir attrayante. Il faut donc, par vos interventions, faire comprendre à l’enfant que de bien collaborer est plus avantageux pour lui que de s’opposer. Créer un déséquilibre afin d’amener l’idée que la collaboration est plus « avantageuse ».

 

La recherche d’attention négative peut être une raison qui explique l’opposition chez l’enfant

Comme je le mentionne souvent dans mes articles, l’attention est un besoin vital pour les enfants. Certains comportements opposants viennent satisfaire cette recherche d’attention. L’enfant a compris que s’il s’oppose, vous interviendrez et que vous répondrez donc à son besoin. C’est donc à vous de créer l’effet inverse.

 

Maude Dubé, éducatrice spécialisée

 


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité



Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top