menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Propreté non acquise et enfant qui mord

Bonjour,

 

Je découvre votre site en faisant des recherches sur Internet pour tenter de comprendre les difficultés de l’un de mes petits-fils. Il est âgé de 3 ans et 6 mois et la simple vue du pot déclenche une opposition farouche et ce, depuis longtemps!

 

Je résume un peu son parcours. Il a été conçu grâce à une petite assistance médicale (une seule piqure pour stimuler l’ovulation). Dès la 1re échographie du 1er trimestre et en direct au cours de l’examen, le médecin a annoncé à ma fille et à mon gendre qu’en raison de la mesure de la clarté nucale, leur bébé aurait des malformations et qu’il ne pourrait pas vivre.  Il fallait attendre la confirmation par l’amniocentèse.

 

Un examen supplémentaire dans un service hospitalier spécialisé a infirmé ce jugement catégorique, mais les craintes de ma fille et mon gendre demeuraient (il restait un éventuel problème cardiaque).

 

En même temps, ma fille devait « absorber » la grave dépression de son plus jeune frère de 20 ans. Celui-ci mobilisait toute la famille par ses fréquentes « disparitions » (nous avons eu 5 enfants).

 

Au lendemain du résultat de l’amniocentèse qui a invalidé les pires pronostics, ma fille a dû être hospitalisée d’urgence pour des crises hépatiques avec de nombreux calculs qui risquaient, selon leur mobilité, de mettre un terme à sa grossesse et nécessiter qu’elle soit opérée de toute urgence (on lui a enlevé sa vésicule biliaire après son accouchement). Grâce à un régime draconien, ma fille a pu mener sa grossesse à terme. Le jour prévu pour l’accouchement, un examen de sécurité pour voir comment réagissait le coeur du bébé au moment des contractions a provoqué une bradycardie tant chez ma fille que chez son bébé (rythme en dessous de 10). Le gynécologue a dû faire une césarienne d’urgence (moins de 10 minutes se sont écoulées entre l’entrée de ma fille en salle d’examen et la naissance de son bébé). Mon gendre a eu peur de perdre sa femme et son enfant!

 

Est-ce ce contexte qui a ajouté au fait que mon gendre, dont la mère avait 46 ans à sa naissance et devenait de ce fait en même temps mère et grand-mère (il avait plus de 20 ans de différence avec ses soeurs), a visiblement mal vécu l’apprentissage de la propreté en ce qui le concerne (il doit soulager sa vessie plusieurs fois par jour)? Il a refusé de jeter les bases de cette acquisition pour son fils qui fréquentait un service de garde chez une nounou (dont ils ont dû se séparer, car cette dernière était violente envers mon petit-fils, refusant de le mettre dans un parc pour l’aider à se mettre debout et faire ses premiers pas, le faisant dormir dans un lit pliant en mauvais état qui risquait à tout moment de se refermer sur mon petit-fils).

 

J’avais noté, chaque fois que je le gardais (il avait alors 18 mois), qu’il allait à tout moment et sans raison dans le coin, en punition (cela devait être fréquent avec sa nounou qui disait faussement être si attachée à mon petit-fils).

 

Ses parents ont porté plainte aux services concernés et ont mis leur fils dans une crèche privée (9 enfants). Il y était parfaitement heureux et il a rattrapé son retard en ce qui concerne la marche. Il faut dire qu’un examen complet de psychomotricité n’avait trouvé aucune cause pour ce retard!

 

À la fin du printemps, mon gendre a accepté de déménager dans une ville moyenne pour favoriser la promotion professionnelle de ma fille. Ils ont loué une maison qui, avec son jardin, faisait le bonheur de mon petit-fils en plus de permettre à leur Labrador, auquel mon petit-fils est très attaché, de passer plus de temps dehors!

 

Malheureusement, en raison d’un isolement géographique, ce déménagement a cristallisé toutes les souffrances vécues  par ses parents, mariés depuis 6 ans. Ma fille a décidé de quitter son mari pour un homme qui lui avait été présenté par celui-ci peu de temps auparavant et qui la transporte dans le rêve.

 

Ceci ne favorise pas l’équilibre affectif de mon petit-fils. De plus, le centre aéré où ses parents l’ont inscrit se plaint de son manque de propreté (il se retient et réclame, mais ses heures ne correspondent pas à celles de la direction). Ma fille a été convoquée pour cette raison et aussi parce que mon petit-fils mord!

 

J’avais moi-même constaté cela cet été, même dans la piscine alors que je jouais dans l’eau avec lui (où il est tout à fait à l’aise, traversant tout seul la piscine et adorant aller sous l’eau). À certains moments, alors qu’il me demandait de le faire sauter, il essayait de me mordre tout en riant!

 

J’avoue être désarmée par cela et ses parents le sont encore plus. Je n’ai jamais rencontré ce problème avec mes 5 enfants pour lesquels j’avais décidé d’être mère au foyer.

Je pense que ce compor

tement est la conséquence du climat de tension et donc de l’insécurité que vit mon petit-fils. Cela peut aussi avoir un lien avec le fait qu’il a été « gardé » trop tôt dans un système collectif où les gens étaient moins à l’écoute des enfants.

 

Comment l’aider? Le reste du temps, c’est un enfant adorable qui ne laisse personne indifférent. Il est très affectueux et il sait même « réconforter » les autres aux bons moments avec des bisous spontanés. Il joue beaucoup, dort bien et mange bien!

 

Comment l’aider à passer ce cap difficile pour tous dont je crains qu’il soit la première victime?

 


 

 

Bonjour Madame,

 

Je crois bien que votre petit-fils est un enfant qui possède une grande force intérieure. Depuis sa conception, il a traversé toutes ces épreuves et n’a développé rien d’anormal à travers son développement, c’est étonnant. On sent bien votre frustration et votre sentiment d’impuissance à l’égard de ce que vit votre petit-fils. En ce qui le concerne, peut-on lui donner une pause et lui permettre d’être un enfant de 3 ans?

 

Les parents pourraient expliquer à l’éducatrice que leur fils a besoin de temps pour s’adapter à sa nouvelle réalité (séparation des parents) et d’un peu de compréhension. Il faudrait chercher la cause de ses morsures… peut-être cherche-t-il à « mordre » dans la vie! Quand il vous a mordue dans la piscine, cela semblait être plus un jeu qu’autre chose, comme s’il voulait vous garder en lui. Je ne sais pas comment cela se passe pour lui à la garderie, mais il a besoin qu’on lui offre la possibilité de mettre des mots sur son vécu.

 

Chose certaine, les grands-parents sont souvent une source de sécurité et de stabilité pour les petits-enfants. Votre présence constante auprès de lui, votre écoute et votre amour lui apportent déjà beaucoup! Vous pouvez tenter de lui raconter son histoire depuis sa naissance, les nombreuses péripéties vécues et les inquiétudes ressenties.

 

 Dites-lui que vous avez confiance en ses capacités et que s’il n’est pas prêt à être propre tout de suite c’est peut-être parce qu’il a autres choses à régler dans sa tête et dans son corps avant, mais qu’il va y arriver. Misez sur ses forces, sa capacité à se contrôler (morsures et propreté) et à se laisser aller aux bons moments (propreté et jeux qui peuvent symboliser les morsures comme la bataille, les bisous, les chatouilles…). Je crois que cela vaudrait la peine que cette famille consulte afin de faire la paix avec tout ce vécu chargé affectivement et pour éviter que tout cela se transmette davantage à votre petit-fils.

 

Bonne chance!

 

Nathalie Parent


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Nathalie ParentNathalie Parent

Nathalie Parent est psychologue et auteure de plusieurs livres traitant l’enfance et la famille. Elle pratique la psychothérapie auprès des enfants (avec la thérapie par le jeu), des adolescents, des adultes, des couples et des familles. Elle intègre plusieurs approches afin de répondre adéquatement aux besoins de chacun. Chargée de cours à l’Université Laval, elle a agi à titre d’éducatrice ainsi qu’enseigné à des étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a aussi supervisé ces dernières dans différents milieux de garde. Elle se consacre maintenant à sa pratique de psychologue, à l’écriture, à la création d’outils pédagogiques et au partage de ses apprentissages à travers des conférences, formations et supervisions dans différents milieux de travail dont les milieux de garde et les écoles.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top