menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Le lâcher-prise comme méthode d’intervention

Lâcher prise… cela peut sembler un peu « spéciale » comme intervention. Effectivement, je dois vous l’avouer, c’est toujours un peu surprenant quand je propose à un parent ou à une éducatrice de tout simplement lâcher prise. Je vous explique…

 

Le fait de lâcher prise est souvent vu comme un signe d’abandon. On considère qu’on laisse tomber une intervention que l’on utilisait ou un objectif qu’on avait pour un enfant. En fait, le lâcher-prise est tout le contraire de l’abandon. Il se résume plutôt à un acte volontaire de laisser tomber pour y revenir plus tard, au besoin. Parfois, l’enfant ressent beaucoup de pression; on intervient trop ou la cible d’intervention n’est tout simplement pas la bonne. En s’acharnant, on obtient malheureusement l’effet contraire de ce que l’on souhaite. En plus de brimer l’estime de soi de l’enfant, on ajoute sur ses petites épaules une pression qui peut augmenter son anxiété, son stress. Cela causera une augmentation des comportements négatifs. Vous voyez le cercle négatif dans lequel vous pouvez embarquer? Dans un tel cas, lorsque je sens que l’enfant vit trop de pression ou que l’on s’acharne trop, je recommande effectivement le lâcher-prise.

 

Comment utilise-t-on le lâcher-prise?

Le lâcher-prise est un acte volontaire, c’est une décision éclairée de ne plus intervenir sur le comportement X ou sur la situation. On fait appel à l’ignorance intentionnelle et on laisse tomber.

 

Dans quelles situations devriez-vous utiliser le lâcher-prise?

Il n’y a pas de situations particulières où le lâcher-prise est obligatoire. Cependant, le lâcher-prise ne s’applique pas à certains comportements que je qualifie de « tolérance zéro » (violence physique ou verbale par exemple).

 

Un exemple pour mieux comprendre?

Il n’y a pas très longtemps, j’ai proposé à une éducatrice de volontairement lâcher prise en lien avec une situation. Les parents ont commencé à faire l’apprentissage à la propreté avec leur enfant de 2 ans, mais celui-ci ne manifestait aucun signe qu’il était prêt. Avec le temps, l’enfant a donc développé une aversion envers la toilette. Il vivait un stress chaque fois qu’il devait se diriger vers la toilette pour faire ses besoins. Avant d’aller trop loin dans cette avenue, j’ai proposé à l’éducatrice de tout simplement lâcher prise, de faire un pas en arrière, de recommencer à faire porter des couches à l’enfant le temps que son stress diminue. L’apprentissage de la propreté pourra se faire plus tard, lorsque l’enfant se sentira prêt. Je suis prête à parier que l’apprentissage se fera rapidement et dans une ambiance plus positive dans le futur. Comprenez-vous le sens de l’intervention?

 

Dans une situation comme celle-ci où vous sentez que de s’acharner peut causer plus de torts que de bien, je vous suggère de lâcher prise, et ce, volontairement. Ce sera la meilleure intervention pour vous… et l’enfant.

 

Maude Dubé, éducatrice spécialisée


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top