menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Comment accompagner un enfant qui vit une crise difficile dans sa famille

Dans la vie d’un enfant, il y a de bonnes chances que, à un moment ou un autre, il vive une crise familiale. Qu’elle soit importante ou non, de courte durée ou de longue durée, celle-ci aura certainement un impact sur son quotidien. Cela peut être une séparation, une maladie, un déménagement, l’arrivée d’un bébé, le départ d’un parent pour une période de temps… Bref, plusieurs situations peuvent provoquer un changement, un bouleversement qui aura un impact sur l’enfant. Même si les parents font tout en leur pouvoir pour maintenir leur enfant à l’écart de la crise, celui-ci vivra quelques conséquences. Parmi les réactions possibles, on peut noter une régression dans ses comportements, de l’irritabilité, une perturbation au niveau de l’appétit et du sommeil, une agressivité passagère, une agitation motrice, un niveau d’attention fragile et une difficulté à contrôler ses émotions. Très souvent, le jeune enfant ne s’exprimera pas avec des mots pour vous démontrer ce qu’il ressent. Il utilisera son corps et ses comportements pour vous faire comprendre que quelque chose ne va pas. Il est important, à ce moment précis, d’être à l’écoute, d’observer l’enfant afin de pouvoir cibler tout changement. Souvent, à première vue, ces comportements peuvent être vus comme négatifs, mais on peut voir le tout sous un autre angle et non comme des comportements qui nécessitent une intervention plus punitive par exemple. Dans une situation comme celle-ci, il y a de toute évidence un besoin non satisfait derrière les comportements de l’enfant et ce besoin doit être ciblé afin de diminuer la tension vécue par ce dernier.

 

On dit souvent que l’on n’a pas d’impact ou peu de pouvoir sur ce qui se passe dans la famille de l’enfant. Je suis d’accord. Cependant, dans une telle situation, lorsqu’un enfant vit une crise dans sa famille, sans vouloir changer quoi que ce soit à la maison, une collaboration minimum doit s’installer. Après tout, une crise familiale aura un impact dans votre quotidien avec l’enfant. Vous pouvez ne pas savoir comment aborder la situation. Je vous propose cinq (5) interventions importantes à privilégier afin de diminuer les impacts négatifs d’une crise familiale.

 

Créer le calme autour de l’enfant

L’enfant qui vit une crise familiale a besoin de calme autour de lui. Une crise vécue à la maison provoquera un mouvement temporaire, de l’agitation. L’enfant pourra donc trouver un certain état de calme dans votre milieu de garde. Dans la mesure du possible, diminuer le rythme rapide de votre routine quotidienne. Réduire le nombre d’activités et de sorties pendant un certain temps. Parfois, quelques jours peuvent suffire pour combler le besoin de calme de l’enfant.

 

Prendre du temps pour lui, vous rendre disponible pour l’enfant

L’enfant doit sentir que vous êtes disponible pour lui dans vos paroles, vos gestes, votre attitude. Pour faire suite à la première intervention suggérée, si vous diminuez le nombre d’activités dans la journée, vous serez nécessairement plus disponible pour l’enfant. Vous pourrez discuter avec lui, mais aussi être à l’écoute des signes vous indiquant qu’il ne va pas bien.

 

Faire des activités courtes avec lui pour l’aider à s’exprimer

Certains enfants s’exprimeront plus facilement à l’aide d’un médium : une histoire, des dessins, un jeu de marionnettes, etc. Instaurer dans votre planification quelques petites activités simples de ce type qui pourront aider l’enfant à s’exprimer.

 

Respecter ses silences

Il est possible que l’enfant n’ait pas du tout envie d’en parler. C’est correct. Vous devez respecter ses silences. Vous ne devez en aucun cas le brusquer ou l’inciter à parler. Un simple message peut être rassurant et sécurisant. Par exemple, vous pouvez lui dire : « Je sais que tu vis quelque chose de désagréable, je suis là si tu veux en parler. » Ainsi, l’enfant saura qu’il pourra se tourner vers vous lorsqu’il en aura envie.

 

Ouvrir la conversation avec le parent

Certains vous diront d’emblée qu’un évènement X arrive dans leur famille, d’autres non. Sans adopter un ton accusateur et sans sembler être à la quête d’une réponse, ouvrir la conversation avec les parents en lien avec ce que vous observez chez leur enfant. Cela pourrait amener les enfants à vous en parler. Sans entrer dans les détails, ils vous informeront peut-être brièvement de la situation. Vous aurez un indice qu’il se passe quelque chose et que cela peut avoir un impact sur l’enfant. Vous comprendrez peut-être bien des choses reliées à vos observations.

 

Maude Dubé, éducatrice spécialisée


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Maude DubéMaude Dubé

Maude est éducatrice spécialisée, auteure et intervenante en stimulation du langage en CPE et CLSC. Collaboratrice pour le Cybermagazine depuis 2006 elle répond aussi aux questions des internautes dans la section edu-conseils d'educatout.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top