menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Pandémie de grippe : risque réel et risque perçu
Regardez autour de vous et vous verrez des différences extrêmes entre les réactions des gens face à la grippe A/H1N1.

 

Certains sont complètement paniqués, d’autres crient que ce n’est rien qu’un coup monté pour faire vendre des vaccins et entre les deux, toutes sortes de réactions. Ces réactions sont aussi variables d’un pays à l’autre.

 

C’est que chacun analyse la situation selon ses propres références et sa propre réalité, il y a donc une grosse différence entre le risque réel et le risque perçu.

 

Voici une image pour vous expliquer les différences de réaction d’une personne à l’autre :

Supposons que ce microbe représente le risque réel. Donc, c’est la situation actuelle dans VOTRE pays.

  Risque réel

 

Supposons que ce microbe représente le risque réel. Donc, c’est la situation actuelle dans VOTRE pays.

 

Encore une fois, il faut le rappeler, le risque réel ne sera pas identique d’un pays à l’autre et d’un sous-groupe de la population à l’autre.

La grippe vous semble donc plus dangereuse et vous avez tendance à paniquer plus que la moyenne.

Risque perçu

 

Et voici ce microbe qui représente le risque que VOUS percevez.

 

La grippe vous semble donc plus dangereuse et vous avez tendance à paniquer plus que la moyenne. Vous êtes anxieux et allez vers des actions extrêmes. Vous réfléchissez avec vos émotions (peur, anxiété).

 

Vous prenez des mesures « questionnables ». Seul un regard objectif de la situation et de bonnes respirations pourront vous aider.

 

Exemple: Le maire de Coulaines (Sarthe) a interdit les crachats sur la voie publique dans sa commune et a demandé à l’UEFA, de proscrire les crachats sur les terrains de football lors des matchs. (AFP 25.08.09)

 

Si votre perception du risque est plus petite que le risque réel, vous aurez tendance à vous en laver les mains et dire que tous les autres sont des paniqués. Si votre perception du risque est plus petite que le risque réel, vous aurez tendance à vous en laver les mains et dire que tous les autres sont des paniqués. Même ceux qui réagissent normalement, vous les considérerez comme des extrémistes.

 

 Plusieurs comparent le risque à toutes les autres causes de mortalité infectieuse sur la planète, c’est une façon de voir les choses, mais il ne faut pas s’en servir pour excuser votre immobilisme.

 

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/

Si votre perception du risque est plus petite que le risque réel, vous aurez tendance à vous en laver les mains et dire que tous les autres sont des paniqués. Si votre perception du risque s’apparente au risque réel, vous serez en mesure de doser vos actions. Vous pourrez analyser la situation avec logique et objectivité. Vous pourrez prévenir et poser des gestes d’hygiène de base sans panique.

Finalement, tous devraient se situer dans cette zone, mais c’est loin d’être le cas.

Plusieurs me diront : « oui, mais c’est quoi les VRAIS risques? »

 

Voici les faits (risque réel) concernant la grippe A/H1N1 (27-08-2009):

    • C’est une nouvelle grippe.
    • Tous sont susceptibles de l’attraper.
    • Elle fonctionne comme les autres grippes : transmission via sécrétions nasales et salive, toux et éternuements.
    • Les symptômes sont semblables à une grippe saisonnière : fièvre, toux, fatigue, diminution de l’appétit, maux de tête et douleurs musculaires.
    • Taux de mortalité : comparable à la grippe saisonnière pour le Québec, moindre en France et plus élevé dans certains pays. (ce taux est quand même très difficile à évaluer et il est évolutif)

 

Faire la différence entre la contagiosité (morbidité) et la virulence (mortalité) :

 

La contagiosité est la proportion de personnes contaminées. C’est la proportion de gens qui pourraient être malades. Le plan québécois prévoit 35% durant toute la pandémie.

 

La virulence est la proportion de personnes qui en meurent. C’est très difficile à estimer et ce sera variable d’un pays à l’autre. Pour l’instant au Québec, il semble que ce ne soit pas plus élevé que la grippe saisonnière. La grippe peut être très contagieuse, donc infecter un grand nombre de personnes mais ne causer que peu de décès. Ce n’est pas une raison pour s’en laver les mains ! Nous devons toujours prendre au sérieux toutes les souches de grippe, pas seulement la grippe A/H1N1, et prendre des mesures pour nous protéger.

 

Puisque la contagiosité et la virulence sont évolutives pour un même virus, il est très important de demeurer adéquatement informé. Prenez des sources officielles et régionales comme www.pandemiequebec.gouv.qc.ca.

 

Officielles : les informations ont été filtrées par des experts en santé.

 

Régionales : si vous prenez les infos de tous les autres pays comme étant le risque réel dans le vôtre, vous serez submergé d’informations qui ne correspondent pas avec votre réalité immédiate. 

 

Vous voulez être vraiment très informé au niveau canadien? Voyez tous les cas rapportés et les graphiques.

 

Bonne nouvelle : dans la semaine du 9 au 15 août 2009, il y a eu une diminution du nombre de cas.

 

Prenez la situation au sérieux sans paniquer!

 

À la prochaine,

 

Nathalie Thibault B.Sc. M.Sc.
Consultante en prévention des infections
Propriétaire de Germaction


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Nathalie ThibaultNathalie Thibault

Nathalie Thibault, B.Sc. M.Sc. est spécialiste des microbes et du système immunitaire. Elle possède un baccalauréat en Microbiologie et une maitrise en Immunologie. Elle est formatrice, conférencière et auteure. Elle possède une entreprise spécialisée en prévention des infections et conçoit des guides spécialisés pour aider les intervenants de la petite enfance à déjouer les germes. Elle sait bien vulgariser sa matière et se donne comme défi de rendre visible l’invisible.



Vidéos associées

Explique-moi le cycle de vie du pou! Explication de Germaction Explique-moi le cycle de vie du pou! Explication de Germaction
Explication du cycle de vie du pou et explication général des traitements et leur efficacité....


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top