menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Les enfants et les écrans : quoi penser et comment réagir

Pensons aux enfants dont le cerveau baigne actuellement dans la technologie et comparons-les à de nouvelles autoroutes ultrarapides avec tout plein d’embranchements sur lesquelles nous devrions circuler. Pouvons-nous dire que ces nouvelles routes sont meilleures ou pires que nos anciennes, que les technologies en feront de futurs adultes problématiques? Pas nécessairement. Toutefois, nous pouvons du moins penser qu’il y aura des aspects positifs et des aspects à surveiller pour éviter les « accidents ». Voyons ce que les études actuelles nous disent…

 

Le positif…

Nous savons que différentes applications viennent en aide aux enfants dans leurs apprentissages. Cela est aussi vrai au niveau de leur motivation à apprendre, puisque cette dernière se trouve stimulée par le plaisir du jeu. J’entends souvent des parents dire de leurs enfants qu’ils « en savent plus qu’eux au même âge ». En effet, cette stimulation apporte son lot de connaissances. Les jeux interactifs peuvent, entre autres, initier les jeunes enfants à la lecture et aux mathématiques, développer une capacité d’attention visuelle, le sens de l’observation, la capacité à résoudre des problèmes, etc.

 

À surveiller…

Mais attention nous dit la recherche! Ces écrans ne doivent pas prendre la place des autres activités de développement qui vont stimuler différentes régions du cerveau. Des enfants de 5-6 ans exposés à plus de trois heures de télévision par jour démontrent une diminution des capacités motrices, de la créativité et du développement ­affectif.1 Un autre fait que nous constatons avec la hausse des troubles psychologiques (troubles anxieux, de comportement, de communication) et les écrans, c’est que les enfants tendent à gagner en rapidité d’exécution et en réflexes, mais au détriment du raisonnement et de la maitrise de soi (contrôle de l’impulsivité, capacité à résoudre des conflits, etc.). C’est sans compter la hausse des problèmes de la vision, des problématiques au niveau de la posture, des troubles du sommeil ainsi que les problèmes de mémoire à long terme.

 

Ce qui est suggéré de faire pour les jeunes enfants…

Pas de panique avec tout ça! Nous, les adultes qui entourent ces petits trésors, avons des moyens pour les aider à vivre en santé pleinement et le plus longtemps possible. Voici quelques suggestions :

  • Limiter le temps d’écran avec discernement. Il y a un laboratoire qui a élaboré un guide pour les parents et intervenants (ce n’est pas une recette à appliquer à la lettre, mais plutôt avec jugement!)2. Ce que nous pouvons retenir comme grand principe c’est de ne pas laisser un jeune enfant (2 à 5 ans) seul avec un écran pendant un long moment. L’écran interactif est préférable à un écran devant lequel l’enfant est passif. Il faut y aller à petites doses.
  • Jouer avec les enfants. La présence de l’adulte est primordiale. Échanger avec les enfants, parler de leur jeu avec eux, leur poser des questions, les faire réfléchir, vous amuser avec eux et non chacun de votre côté.
  • Montrer l’exemple. Si vous demandez aux enfants d’éteindre leur écran, il faut aussi que les enfants vous voient fermer le vôtre. Cela peut sembler évident, mais il est fréquent de voir des adultes rivés à leur écran sans répondre aux demandes des enfants qui finissent par faire une crise pour être entendus. Par ailleurs, les adultes occupés devant leur écran demandent souvent aux enfants d’attendre ou de se taire lorsque les enfants posent des questions.
  • Offrir une grande variété de jeux aux enfants afin de développer les différentes parties de leur cerveau : construction, jeux moteurs, créativité (motricité fine), exercices physiques, théâtre, jeux de rôle, etc. Prendre plaisir à jouer avec les enfants!
  • Ranger les écrans. Il est recommandé de ranger les écrans plutôt que de les laisser à la disposition, cela diminue la tentation.
  • Pas d’écrans avant le dodo. Les spécialistes du sommeil recommandent d’éteindre les écrans deux heures avant d’aller au lit afin de ne pas stimuler le cerveau et pour éviter la lumière bleue des écrans qui indique au cerveau que c’est le jour. Je suis un peu plus conservatrice avec cette règle et je recommande une heure avant le dodo. À vous de juger selon les enfants…
  • Prendre un moment privilégié sans écrans. À vous de choisir si ce sera l’heure du repas, l’heure du coucher, lors d’une discussion ou pendant les temps libres. Vous pouvez également faire une journée complète sans écrans!

 

Positif ou négatif ?

Pour le bien des enfants qui seront les adultes de demain et ceux qui prendront soin de notre société et de nous, montrons-leur comment bien utiliser les écrans. Prenons le temps de ralentir sur « l’autoroute de la vie » afin de réfléchir et les observer afin de voir ce qui est bon pour eux, à ce que nous voulons leur transmettre comme valeurs et à comment nous voudrions qu’ils prennent soin de nous plus tard…

 

Nathalie Parent

Psychologue, auteure et formatrice

www.nathalieparentpsychologue.com

www.multiressourcesquebec.com

 

 

 

1 Michel Desmurget, docteur en neurosciences à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)

 

2 https://app-enfant.fr/quel-ecran-pour-quel-age-infographie/

 

 


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Nathalie ParentNathalie Parent

Nathalie Parent est psychologue et auteure de plusieurs livres traitant l’enfance et la famille. Elle pratique la psychothérapie auprès des enfants (avec la thérapie par le jeu), des adolescents, des adultes, des couples et des familles. Elle intègre plusieurs approches afin de répondre adéquatement aux besoins de chacun. Chargée de cours à l’Université Laval, elle a agi à titre d’éducatrice ainsi qu’enseigné à des étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a aussi supervisé ces dernières dans différents milieux de garde. Elle se consacre maintenant à sa pratique de psychologue, à l’écriture, à la création d’outils pédagogiques et au partage de ses apprentissages à travers des conférences, formations et supervisions dans différents milieux de travail dont les milieux de garde et les écoles.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top