menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Elle ne sait pas jouer en équipe, elle arrache les jouets

Bonjour Madame,

 

Je suis RSG. J'ai une fille dans mon groupe qui va avoir 3 ans en janvier. Elle fréquente mon service de garde depuis 2 ans.

 

Son intégration au service de garde a été très lente et ardue. Ça lui a pris plus de 6 mois d'adaptation : pleurait souvent, ne mangeait pas, ne dormait pas...

 

C'est une fille très intelligente. Elle parle très bien, elle est même capable de raconter sa journée en détail et parler de ses émotions!

 

Sa maman a accouché d'une fille il y a 3 mois. Depuis que la maman a arrêté de travailler avant d'accoucher, la fille a commencé à ne plus vouloir venir à la garderie. Elle pleure en arrivant comme si c'était sa première journée. Elle hurle, crie et fait une grosse crise qui peut durer facilement 2 heures de temps! Des fois, elle arrive le matin en me disant : « Je suis de bonne humeur, je ne veux pas faire de crise aujourd'hui! » Ce n'est pas évident. Parfois, elle arrive de bonne humeur et ne pleure pas à l'accueil mais ses pleurs peuvent être déclenchés par n'importe quoi! Parfois, mais c'est rare, elle passe une bonne journée! Cela dure maintenant depuis presque 6 mois!

 

J'ai fait plusieurs interventions avec l'aide de ma conseillère pédagogique : on a changé son horaire pour lui permettre de passer plus de temps à la maison avec maman et bébé, elle fréquente le service de garde 4 jours par semaine, elle vient plus tard, vers 9h00, et part au plus tard vers 16h00. Cela n'a pas aidé! J’ai utilisé plusieurs stratégies avec elle : tableau de motivation, des autocollants, des diplômes d'encouragements, l'ignorer pendant sa crise. Aucun résultat. Elle a récemment commencé à se frapper et frapper sur des objets pendant sa crise pour attirer l'attention! L'ambiance est devenue lourde à la garderie et les matinées sont longues!

 

Elle souffre et moi je me sens impuissante face à cette situation! Elle ne sait pas jouer en équipe, elle arrache les jouets des autres et si ses amis ne lui donnent pas ce qu'elle veut, elle pique une crise ou se met à pleurer! À la maison, apparemment, elle est devenue agréable. Quand elle fait des crises les parents la mettent dans sa chambre avec une minuterie de 3 minutes et, d'après la maman, ça fonctionne! Mais, à la garderie rien ne fonctionne! Je suis dépassée! J'angoisse le matin quand je la vois! J'ai finalement suggéré aux parents de demander l'aide d'un professionnel et ils m'ont dit qu’à la maison ça va bien, que le problème est à la garderie. Le papa m'a même demandé pourquoi elle n'aime pas venir à la garderie! Comme si j'étais responsable de ses crises et c'était à moi de trouver une solution! J’ai parlé avec la maman en lui disant que ce que sa fille vit est une réaction de jalousie, probablement face à sa petite sœur. Malheureusement, je ne trouve plus de trucs pour l'aider! Je sens que je rame toute seule. Cette petite souffre beaucoup et elle me fait de la peine!

 

J'ai besoin de vos conseils.

Merci,
Hanadi, RSG

 


 

Bonjour,

 

En effet, vous semblez en faire beaucoup et en solitaire. Je pense que les parents ont besoin de voir à quel point ça ne fonctionne pas. Je leur demanderais d’avoir une rencontre en dehors des heures de garderie, un moment où vous pourrez être sans enfant et seule avec eux (ou accompagnée de votre conseillère pédagogique). À ce moment, vous devrez affirmer sérieusement (pour qu’ils voient le sérieux de la situation) que ça ne fonctionne plus à la garderie et donner plusieurs exemples. Vous devrez leur dire que leur fille a besoin que vous collaboriez ensemble et voir comment vous pourriez vous y prendre.

 

Vous dites que les parents vous ont dit qu’elle fonctionnait bien à la maison. Vous savez, il y a des familles dans lesquelles les enfants n’ont pas la possibilité d’exprimer leurs émotions. Ils réagissent en dehors de la maison. Ils peuvent, par exemple, régresser par des crises lors de la naissance d’un frère ou d’une sœur. C’est peut-être le cas de la petite fille dont vous me parlez. Sa réaction face à l’arrivée d’un nouveau membre de sa famille se fait en dehors, soit à la garderie. Vous pouvez expliquer cela aux parents.

 

Cette petite semble prise avec son agressivité ce qui la fait souffrir. Elle a besoin d’être entendue dans ce qu’elle vit. Ce qui se passe pour elle pourrait également nuire à ses relations sociales puisque vous dites que ses crises alourdissent l’ambiance à la garderie. Vous pouvez avoir un impact significatif sur son développement social et l’aider grandement, à l’intérieur de vos limites évidemment. Vous avez été très patiente et il est plus que temps de faire quelque chose pour l’aider.

 

Avez-vous essayé de nommer ses émotions de colère? Vous pouvez lui dire qu’elle a le droit d’être en colère, qu’elle peut même frapper sur un coussin si ça lui fait du bien ou décharger son émotion en dessinant (même si c’est un gribouillis intense!).

 

Vous pouvez également faire le lien entre sa réaction à la garderie et son vécu avec sa sœur. Par exemple, lorsqu’elle fait une crise suite à ce qu’un plus petit à la garderie reçoive des compliments, lui dire qu’elle aussi elle en a reçu et continuera d’en recevoir, qu’un tout petit bébé a besoin qu’on s’occupe de lui, tout comme lorsqu’elle était bébé elle aussi. Dites-lui qu’il est possible qu’elle reçoive moins d’attention et que c’est ce qui la fâche. Essayez de la complimenter sur le moindre geste positif qu’elle pose : s’habiller seule « comme une grande », manger bien « comme une grande », etc. Ce sera à vous d’être vigilante lors de ses crises et de porter attention à ce qui est arrivé juste avant pour tenter de comprendre et de nommer ce qu’elle vit.

 

Vous pouvez également mobiliser le groupe pour vous aider. Je ne sais pas quel âge ont les enfants que vous avez dans votre milieu mais, à part les poupons, on peut demander l’aide des enfants, ça renforce les liens du groupe. Par exemple, lors d’un moment calme, vous pourriez dire au groupe qu’ils ont constaté que c’est plus difficile ces derniers temps et que vous avez besoin de tous pour vous aider à améliorer la situation. Expliquez-leur que lorsque la petite pleure en arrivant, un ami peut aller la chercher pour lui proposer de jouer à quelque chose, ou encore, si elle arrache un jouet à un ami, ce dernier pourra lui dire : « si tu le veux, tu le demandes, comme l’éducatrice a dit… ». Misez sur les enfants qui ont de la facilité et le sens de l’entraide.

 

Trouvez un moment pour être seule avec elle, ne serait-ce que cinq minutes pour jouer au jeu qu’elle aime et parlez-lui aussi de ce qu’on peut vivre comme émotion quand on est une grande sœur. Trouvez-lui des points positifs, des forces ou qualités à lui nommer, cela aidera à votre relation. Il me semble important, si vous désirez qu’elle demeure dans votre service de garde et si vous continuez à angoisser le matin en la voyant, que vous fassiez quelque chose avec votre émotion : allez en parler à un professionnel pour pouvoir prendre une distance émotive et agir plus librement.

 

Bonne démarche…

 

Nathalie Parent
Psychologue

 


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Nathalie ParentNathalie Parent

Nathalie Parent est psychologue et auteure de plusieurs livres traitant l’enfance et la famille. Elle pratique la psychothérapie auprès des enfants (avec la thérapie par le jeu), des adolescents, des adultes, des couples et des familles. Elle intègre plusieurs approches afin de répondre adéquatement aux besoins de chacun. Chargée de cours à l’Université Laval, elle a agi à titre d’éducatrice ainsi qu’enseigné à des étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a aussi supervisé ces dernières dans différents milieux de garde. Elle se consacre maintenant à sa pratique de psychologue, à l’écriture, à la création d’outils pédagogiques et au partage de ses apprentissages à travers des conférences, formations et supervisions dans différents milieux de travail dont les milieux de garde et les écoles.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top