menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Transition difficile avec les 18 mois 

Bonjour Chantal,

Je viens de lire votre chronique sur les poupons qui quittent pour aller avec les 18 mois. Je suis une nouvelle éducatrice pour les 18 mois et oufffff!

 

Je suis parfaitement d’accord avec vous que les éducatrices de la pouponnière doivent les préparer à traverser aux 18 mois car c’est beaucoup de travail pour l’éducatrice des 18 mois de leur montrer toutes les routines qui n’existent pas à la pouponnière. Mon groupe n’a pas vraiment reçu de préparation pour cette traversée donc vous comprendrez que je suis épuisée et aussi déçue de mes journées. 

 

Ils boivent encore au verre à bec et trois d’entre eux utilisent même des verres avec suce (pas un biberon). Ils ne restent pas à la table, sortent tous les jouets, ont de la difficulté à rester sur leur matelas, bref, j’ai beaucoup de choses à faire qui auraient dû être faites (selon moi) à la pouponnière. 

 

Si possible, j’aimerais bien avoir des conseils qui pourraient m’aider avec mon groupe car pour l’instant je suis brûlée et je suis déçue de ne pas pouvoir passer des moments de qualité à jouer avec eux ou à faire des câlins. Présentement, je fais presque juste des interventions ou de la répétition. Je sais que le groupe des 18 mois  n’est pas un groupe facile mais je suis sûre qu'il existe des trucs pour me faciliter la tâche pour diminuer les interventions, les répétitions et le nombre de fois où je dois élever la voix. 

 

J’aimerais bien avoir de belles journées et retourner à la maison souriante et non épuisée! 

 

Merci beaucoup,


Marie-Ève


Bonjour,

 

Premièrement, je tiens à vous dire que je vous comprends très bien. Je me souviens aussi de m’être sentie désarmée en prenant le groupe des 18 mois pour la première fois. On veut être performante, on cherche à tout faire les premiers jours et on s’en sort fatiguées.

 

Le début de septembre est souvent difficile pour tous les groupes. Je trouve que les 18 mois sont davantage touchés par ce changement, tout simplement parce que la pouponnière a une routine différente des autres groupes. De plus, comme il y a souvent 2 éducatrices à la pouponnière, la transition vers le groupe des 18 mois apporte beaucoup de changements  vu que l’éducatrice se retrouve seule avec son groupe de 6 enfants et parfois même 8 enfants.

 

La patience et la compréhension sont de mise dans les 18 mois! Nous sommes de bonnes éducatrices et nous devons avoir confiance en nous!

 

Quelques trucs :

 

Observation

Mon premier conseil serait d’oublier les programmations d’activités pour les prochaines semaines. Ici, on apprend à se connaitre. 

 

Entre les routines, on s’assoit par terre et on observe comment les enfants réagissent à leur milieu. Regardez bien, avez-vous un groupe moteur (ils le sont habituellement à cet âge)? Aiment-ils les livres, les textures…? En observant bien on s’assure de mieux répondre à leurs besoins. On prend cela mollo et on avertit les parents si ceux-ci semblent se demander ce que vous faites pendant la journée.

 

Les apprentissages

On oublie les apprentissages tels que boire au verre, faire pipi dans le pot, etc… On ne leur en mettra pas trop sur le dos au début et on s’assure en premier lieu que l’intégration du nouveau local va bien. On accepte les verres à bec et les biberons et on remet l’apprentissage à plus tard.

 

Au dîner

À l’heure du dîner, il est tout à fait normal que les 18 mois soient portés à se lever. Dans mon local, j’avais des sièges qui se fixent avec des pinces à la table pour ceux qui ne peuvent s’empêcher de lever leurs fesses. Ils sont curieux et moteurs à cet âge.

 

Sinon, vous pouvez mettre un petit foulard autour du ventre de l’enfant et de la chaise (seulement si l’enfant l’accepte, car cela ne doit pas être vu comme une punition au dîner). Attention ici de bien avertir les parents et la direction que le foulard ne sera pas attaché serré et que vous le mettez de façon symbolique.

 

Si les enfants  se lèvent, invitez-les à s’asseoir et félicitez-les grandement quand ils le font. Surtout,  ne vous inquiétez pas si cela ne fonctionne pas trop. Insistez à chaque fois.

 

Dans le fond c’est de la faute à personne si c’est la première fois que les enfants sont assis sur une chaise ordinaire. S’ils se lèvent, prenez ça mollo et ne vous inquiétez pas. Ils finiront bien par comprendre assez vite.

 

À cet âge, les enfants peuvent manger  vite. Certains ne mangent pas beaucoup, ce sont des trottineurs et ils ont d’autres choses à faire. Ils se reprennent à la collation.

 

J’avais collé des photos d’animaux sur la table pour les inciter à venir s’asseoir. À chaque fois  on faisait le bruit des animaux. Ça aide aussi quand ils se mettent tous à crier en gang pour s’amuser. On peut aussi sortir nos boites de transition (de petites boites avec des jouets que l’on ne sort qu’au diner). Comme les enfants sont très curieux, ils accepteront de s’asseoir pour recevoir leur boîte.

 

La sieste

Au début la sieste est plus longue à accomplir. Les enfants ne savent pas comment dormir ailleurs que dans leur lit de bébé. On s’arme de patience et on prolonge la sieste pour les retardataires. Demandez de l’aide les premières semaines pour consoler ceux qui pleurent. Une petite période de 15 minutes de la directrice ou d’une éducatrice de la pouponnière peut toujours être accordée!

 

Les sorties dehors

Les sorties dehors sont importantes pour répondre à leurs besoins grandissants de bouger. On peut aller seulement dans la cour au début si les déplacements sont difficiles. (Pratiquez la marche avec le serpentin dans les corridors et la cour mais dans quelques semaines).

 

Dans la cour, on valorise des jeux moteurs simples. Alors, on sort les ballons et on court ou encore on fait des bulles et on s’amuse à les attraper!

 

Les changements de couches

Au début, les changements de couches sont peut-être difficiles car vous ne pouvez pas être au sol en même temps que la table à langer (souvent à la pouponnière, une éducatrice fait les changements de couches pendant que l’autre anime une activité au sol).

 

Deux choix s’offrent à vous. Sortez, avant de commencer les changements de couches, des jouets que les poupons adorent. Ça peut être la pâte à modeler ou les petites autos par exemple. Une fois les enfants occupés, vous faites les changements de couches.

 

Si les enfants ont tendance à se mordre et se pousser, moi je vous conseille de vous munir d’un bon petit matelas et de faire les changements de couches au sol au début. Vous pouvez vous étirer le bras si deux amis se chicanent. Vérifiez si la direction de votre CPE accepte que vous le fassiez (avec lavage des mains entre chaque changement de couche).

 

Pour la transition, je vous conseille d’aller lire cet article qui pourrait aussi vous aider : Présentation des jouets et celui-ci qui est la suite : Les bacs.

 

Pour conclure, je crois que chaque éducatrice travaille à sa façon, selon ses valeurs. C’est à vous de voir si les trucs que je vous ai donnés peuvent répondre aux besoins de votre groupe!

 

Chantal Millette
Éducatrice


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

PROGRAMMATION 2017


Publicité


Auteur

Chantal MilletteChantal Millette

Chantal est une éducatrice passionnée. Pendant 6 ans elle a travaillé en garderie auprès des poupons; « Un coup de foudre » qu’elle se plaît à dire. Elle vous propose des activités adaptées et choisies spécialement pour ce groupe d’âge. Chantal possède aussi son propre site internet, la boîte des bébés; un site dédié aux intervenantes en pouponnière.




Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top