menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


5 interventions efficaces si votre enfant s’oppose

L’opposition chez les enfants représente parfois un réel défi pour les adultes, mais celle-ci demeure « normale ». Dans leur développement, les enfants passent par différentes périodes d’opposition caractéristiques. Il est donc normal pour un enfant de s’opposer afin de s’affirmer davantage et parfois, pour répondre à un besoin. Bien que l’on puisse comprendre que l’opposition soit typique selon l’âge de l’enfant, il faut tout de même avoir entre les mains des interventions efficaces afin d’augmenter sa collaboration au quotidien. Plus vous interviendrez positivement auprès de l’enfant, plus grandes seront vos chances de le voir collaborer.

 

Je vous présente les 5 interventions que je présente toujours aux parents avec qui je travaille. Ce sont mes 5 interventions « chouchous » pour favoriser la collaboration dans le quotidien.

 

Prendre le temps de nourrir la relation

La relation que vous avez avec un enfant est très importante. Avec un enfant qui s’oppose constamment, cette relation est doublement prioritaire. Lorsque nos interactions avec un enfant s’inscrivent dans une lutte de pouvoir ou dans une confrontation constante, la relation devient de plus en plus difficile. Il y a alors un problème de connexion; on a l’impression de se disputer régulièrement et le quotidien devient négatif. Pour l’enfant, la relation avec l’adulte, que ce soit son éducatrice ou son parent, est essentielle, tout comme la recherche d’attention est normale. Vous assurer de passer du temps de qualité avec l’enfant, sans discipline ni interventions, et ce, aussi souvent que possible. Son besoin de connexion sera alors nourri et satisfait. Il sera donc moins négativement à la recherche de la satisfaction de ce besoin.

 

Ignorer volontairement certains comportements et ainsi, éviter la « sur-intervention »

Trop d’interventions auront l’effet inverse à ce que vous souhaitez; vos interventions n’auront plus aucun effet sur l’enfant ou l’opposition augmentera. Les enfants ont besoin de sentir que nous ne sommes pas constamment sur leur dos, que nous ne surveillons pas leurs moindres faits et gestes. Choisir volontairement de ne pas intervenir est une intervention en soi. Cela vous permettra de diminuer les possibilités d’opposition chez l’enfant et de concentrer votre énergie sur les comportements qui sont réellement importants.

 

Utiliser les « faux choix »

C’est l’heure de l’habillement et l’enfant est mécontent. Il préfère rester à l’intérieur et refuse de s’habiller. Vous vous approchez de lui et lui dites : « Je comprends que tu es triste de laisser ton jeu de côté pour aller dehors. Je te propose de laisser ton jouet ici pour le reprendre au retour ou de le ranger. Que choisis-tu? » C’est un exemple type de la technique du « faux choix ». Cette dernière peut être utilisée avec les enfants opposants. Vous n’avez pas à subir l’attitude négative de l’enfant. Vous devez mettre vos limites, mais vous devez aussi y arriver en lui démontrant qu'il peut s’améliorer, qu’il peut changer. Ainsi, il pourra se reprendre et améliorer son comportement. Prendre le temps de connecter avec l’enfant au début de l’intervention en nommant son émotion et en démontrant que vous pouvez comprendre ce qu’il ressent.

 

Éviter les reproches et faire des demandes

« Peux-tu svp aller ramasser tes jouets? Cela me ferait vraiment plaisir... » plutôt que « Tu ne ramasses jamais tes jouets, c’est le temps de le faire tout de suite. »

 

Ce qu’on veut, c’est de voir l’enfant collaborer au rangement. Ici, les 2 façons de demander sa collaboration sont différentes. La première se rapproche d’une demande tandis que la deuxième s’apparente à un reproche. Éviter les reproches avec les enfants, et ce, en tout temps. Vous diminuerez ainsi les occasions où ils s’opposeront, croiseront les bras et resteront sans bouger.

 

Cesser les luttes de pouvoir

Qu’est-ce qu’une lutte de pouvoir avec un enfant? C’est une escalade de reproches et de commentaires négatifs qui ne font qu’empirer la situation.

 

Ne pas tenter de contrôler l’enfant et cesser d’avoir peur qu’il gagne une bataille. Lâcher prise quand c’est possible!

 

Lui proposer des choix tout en lui laissant le droit de vivre les conséquences logiques de son comportement. « Tu perds un peu de temps pour le lavage des mains? Tu auras moins de temps pour regarder des livres avant ton repos. »

 

Voilà! Ces 5 interventions sont très intéressantes pour augmenter la collaboration des enfants. Utilisez celle que vous jugez efficace en fonction de chaque situation qui se présente.

 

Maude Dubé, éducatrice spécialisée


01Pub-cLub-format-bas-de-theme-635x335-JANVIER-2019


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top