menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Enfants dysphasiques, difficulté au repas

Bonjour Madame Caron,

 

J'ai des jumeaux dysphasiques de 11 ans. Nous avons travaillé avec une ergothérapeute pendant plusieurs années afin de travailler la motricité fine, les mains, la bouche et plusieurs aspects qui, selon nous, étaient plus urgents car ceux-ci étaient lier à l'école. 

 

J'ai toujours beaucoup de difficulté avec la nourriture. Je ne sais plus vers ou me diriger afin que mes enfants mangent mieux. Vous savez, les aliments moins bons pour la santé comme les hotdogs et les hamburgers ne posent jamais de problème.

 

De plus, j'ai beaucoup de difficulté à leur donner un nouvel aliment, car les repas sont très difficiles. Ils pleurent, ils ont des haut-le-coeur. Manger un morceau de carotte prend une éternité. Ils mangent de minuscules morceaux et prennent un temps énorme à manger quelques bouchées.

 

Nous sommes des parents qui avons choisi plusieurs batailles face à leurs difficultés et avons toujours placé les difficultés vécues à l'école en premier plan. Nous mangeons sainement et biologiquement. J'ai souvent fait des repas différents pour mes enfants versus ceux de moi et mon mari. Je ne peux vous cacher que lorsqu'ils ne mangent pas et que les repas s'éternisent, notre patience est mise à rude épreuve. J'ai réellement besoin de conseils car nous ne pouvons continuer dans cette même lignée.

 

Merci.

 


 

Bonjour Dany,

 

À ce point, il est essentiel d'amener vos enfants à clarifier l'origine de leur sélectivité. L'idée est de les amener à comprendre eux-mêmes les raisons de leurs choix et à les verbaliser (Je n'aime pas ça quand c'est gluant dans ma bouche, je n'aime pas les gouts amers, c'est difficile pour moi de mastiquer les carottes, je perds les petits bouts dans ma bouche et j'ai peur de m'étouffer).

 

Sur le plan sensoriel, l'enfant développe très jeune une petite bibliothèque de caractéristiques sensorielles alors qu'il se familiarise avec de plus en plus d'aliments. En jouant avec la nourriture, l'enfant découvre les différentes textures.

 

En regardant la nourriture, il remarque les formes, les couleurs et les dimensions. Il apprend à catégoriser ses expériences sensorielles en gouts, odeurs, textures, etc. dans sa bibliothèque de sorte que le gout de la pomme puisse être reconnu peu importe que ce soit une McIntosh, une Granny Smith ou une compote et peu importe sa forme, sa couleur ou sa texture.

 

Alors qu'une personne s'apprête à manger, elle peut déjà anticiper le gout et la texture en bouche de ce qu'elle va manger en faisant des liens avec les concepts qui ont été formés. C'est à partir de cette action qu'elle peut faire des hypothèses sur le gout des aliments nouveaux et diminuer les surprises en bouche. Imaginez un instant l'anxiété liée au fait d'être nourri d'un aliment alors que l'on a les yeux fermés ou que l'on doit gouter à un aliment qui ne ressemble en rien à nos habitudes (ex. lors d'un voyage à l'étranger).

 

Afin d'arriver à pouvoir verbaliser leur malaise, ils auront d'abord besoin de vocabulaire. Pour débuter, enseignez-leur à décrire des choses et ensuite des aliments par leurs caractéristiques sensorielles :

 

VISUELLES : forme, couleur, grosseur, motifs

TACTILES : texture en bouche (croquant, visqueux, liquide, collant, dur/mou, grumeleux, mouillé, sec),  température, poids, etc.

ARÔMES : ça sent la fumée, ça sent le gazon, etc.

SAVEURS : sucré, salé, amer, épicé, fumé

 

Faites ces activités idéalement en dehors de la période des repas afin de diminuer la pression. L'objectif n'est pas de manger les aliments mais bien de les étudier, de les décrire.

 

Je vous propose ici quelques idées de jeux avec les aliments permettant ce type d'exploration.

 

http://www.educatout.com/ergotherapie/Idees-de-jeux-avec-de-la-nourriture.htm

 

Les aliments moins bons pour la santé sont souvent des aliments qui offrent peu de variation dans leur saveur, particulièrement ceux qui sont rehaussés de condiments à saveurs intenses comme le ketchup. En effet, lorsque l'on applique du ketchup sur un aliment, la saveur et l'odeur de ce dernier camouflent souvent celles de l'aliment. Cette stabilité dans le gout est rassurante pour les enfants pour qui le décodage des aliments représente un effort.

 

Tel que discuté dans un article précédent (Sélectivité alimentaire), la sélectivité alimentaire est une problématique complexe avec de nombreuses origines possibles.  Il est toujours pertinent d'obtenir un support professionnel lorsque l'on s'inquiète ou se sent démuni quant à la sélection de pistes d'intervention.

 

Je vous laisse avec quelques stratégies qui peuvent être essayées au moment des repas :

  • Structurez la durée des repas avec une minuterie visuelle.
  • Ne servez qu'un seul repas familial, mais toujours en vous assurant que le repas comporte au moins un aliment aimé de vos enfants. Privilégiez le service à la table plutôt que de servir une assiette déjà remplie.
  • Diminuez les quantités servies dans les assiettes pour encourager l'enfant à manger les petites quantités présentes.
  • Évitez les collations avec un apport calorique significatif au moins 2 ½ heures avant le repas principal.
  • Travaillez, à l'aide d'outils visuels, les concepts de la faim et de la soif. Travaillez ces concepts en temps réel. Vous pouvez, par exemple, colorier l'image de l'estomac qui se remplit au fur et à mesure du repas tout en prenant soin de tenter de percevoir la sensation de faim qui diminue.
  • Minimisez les conversations pendant les repas afin de favoriser le décodage et la gestion des gouts.
  • Encouragez-les à aller au-delà de leur malaise avec certains aliments en leur suggérant d'avoir au moins une interaction qu'ils peuvent tolérer avec ceux-ci (par exemple, les regarder, les toucher, les sentir, etc.) Réf. Approche SOS. Toomey & Associates

Merci d'avoir écrit!

 

Josiane Caron Santha

Ergothérapeute


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Josiane Caron SanthaJosiane Caron Santha

Diplômée d'une maîtrise en ergothérapie et ergothérapeute depuis 1998, Josiane Caron Santha est propriétaire d'Ergothérapie Les Mille-Pattes, une clinique pour enfants renommée pour ses services en ergothérapie et en autisme. Josiane compte également diverses expériences à titre d'auteure et de formatrice. Elle a récemment publié 'L'apprentissage du découpage chez l'enfant'.



Vidéos associées

Activité pour apprendre aux enfants à dessiner-2 Activité pour apprendre aux enfants à dessiner-2
Activité amusante et efficace pour aider les enfants à démarrer avec le dessin. Il s'agit d'une acti...


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top