menu
Educatout
Recherche
Publicité

Activités et jeux éducatifs avec fiches imprimables, formations et ressources pour éducateurs et parents


Publicité


Les cahiers des apprentissages et l’observation de 0 à 2 ans

L’observation fait partie des nombreuses tâches qu’une éducatrice doit assumer. Elle peut parfois, pour certaines personnes, être prise plus ou moins au sérieux, mais croyez-moi, elle a toute son importance. Elle permet une bonne planification et une gestion efficace de nos interventions. Comment peut-on décrire l’observation? Selon moi, c’est la capacité de s’arrêter, de regarder les enfants, leurs habiletés, de les analyser et de pouvoir intervenir selon ce qu’on a observé. Pour débuter, je vous propose de décortiquer cette tâche si importante et de vous « vendre l’idée » que ce n’est pas aussi compliqué qu’on le pense. Pourquoi, quand, comment? Toutes ces questions seront explorées dans les prochaines lignes…

 

Pourquoi observer?

 

L’observation est la base de tout. Posez-vous cette question. Comment vais-je planifier une activité si j’ignore ce que les enfants sont en mesure de faire? Comment planifier une activité qui répondra adéquatement à leur niveau de développement? La clé importante : l’observation. Elle permet de programmer, planifier des activités qui sauront stimuler efficacement les enfants en tenant compte de leur niveau de développement. On ne veut en aucun temps placer les enfants en situation d’échec en ayant des exigences trop élevées. Une bonne observation juste et détaillée nous guidera dans nos interventions et celles-ci sauront répondre adéquatement aux capacités des enfants, toujours dans le but de les amener un peu plus loin…

 

Je rajouterais qu’une partie du travail fait avec les enfants est de pouvoir déceler, si besoin est, un retard de développement possible. L’observation des enfants permet de faire ressortir leurs forces, mais aussi leurs difficultés. Lorsque viendra le temps d’aborder le parent, les faits documentés auront plus d’impact grâce à l’observation faite.

 

Quand observer?

 

C’est simple! À tout moment de la journée, lors des transitions, lors des activités… chaque moment est idéal pour observer. Pour compléter les cahiers des apprentissages, vous pouvez choisir une semaine et vous donner comme mandat de les remplir pour tous les enfants en début d’année pour cibler leurs capacités. Une 2e évaluation vers la fin de l’année permet de voir l’évolution des enfants.

 

Comment observer?

 

On doit avant tout savoir ce qu’il y a à observer. À l’aide d’activités ou lors des moments quotidiens, on observe chaque habileté mentionnée. Chaque habileté doit être observée avant d’être inscrite dans le cahier. On garde les cahiers des enfants près de nous et, crayon à la main, on note au fur et à mesure nos observations. On compile les résultats à la fin.

 

Qu’est-ce qu’on fait après avoir observé?

 Cahier d'apprentissage

- Remettre une copie du cahier complété aux parents. Discuter avec eux au sujet de vos observations. Si une difficulté est présente, c’est le moment d’en parler. Voir ensemble ce que vous pouvez faire.

- Faire de la stimulation...

 

Remplir un cahier pour chaque enfant. Une fois complété, vous pouvez en remettre une copie aux parents et en discuter. Ensuite, utiliser les résultats obtenus pour exploiter ce guide de stimulation et ce, toujours dans le but d’amener les enfants un peu plus loin. Je vous offrirai, dans les prochains documents, un cahier de stimulation pour chaque cahier des apprentissages. Ainsi, suite aux résultats obtenus, vous pourrez venir y chercher des suggestions d’interventions et des activités de stimulation pour chaque aspect inscrit dans les cahiers.

 

Un guide de stimulation vous est offert pour les 0-2 ans. Ajoutez-y votre couleur! Insérez-y ce que vous faites déjà, les activités déjà expérimentées. Les cahiers deviendront des outils de référence personnalisés.

 

Imprimez le cahier des apprentissages pour les enfants de 0 à 2 ans disponible dans le Club educatout dans la section Documents par catégorie.

 

 

Cahier des apprentissages 0-2 ans

Guide de stimulation

 

J’apprends à découvrir qui je suis à travers les différents moments de la journée

 

Lors de l’arrivée:

 

Je me détache de papa et maman

Pour faciliter la séparation, demander aux parents de rester quelques minutes, sans toutefois rester trop longtemps.Demander aux parents d’apporter des photos de personnes significatives pour les enfants. Les accrocher au mur ou leur faire un album de photos et leur permettre de les regarder à tout moment durant la journée.Planifier des activités intéressantes pour les enfants à leur arrivée. Les enfants s’y dirigeront plus facilement.Conserver une stabilité. Dans la mesure du possible, la même personne doit accueillir les bébés à leur arrivée chaque matin.Préparer des sacs spécialement pour l’accueil. Placer dans de petits sacs des jeux que les enfants aiment particulièrement. À leur arrivée, chaque enfant choisit un sac et joue avec le jeu pendant la période de l’accueil. Ces sacs, étant réservés exclusivement à la période de l’accueil, attireront les enfants.

 

Lors de la sieste :

 

Je m’endors

Préparer un coin spécial pour chaque enfant. Sur le mur, coller des photos de la famille de l’enfant. L’enfant pourra placer son matelas près de ces photos pour la sieste.Favoriser une période de jeux calmes avant le repos. Tamiser la lumière, faire jouer de la musique relaxante, diminuer les mouvements de tous les enfants.Favoriser la même routine à chaque jour. Imager à l’aide de photos ou de pictogrammes la séquence de la routine du dodo. Pour l’apprentissage de la routine, regarder régulièrement où vous vous situez dans le déroulement de la routine (brossage des dents, toilette, histoire, etc.)Utiliser un renforcement positif très simple pour les enfants (autocollant sur la main à la fin du repos, autocollant dans le cahier de communication, des félicitations, etc.)

 

Lors des repas

 

Je mange avec appétit

Préparer des activités pour stimuler le sensoriel chez l’enfant. Des boites d’odeurs peuvent stimuler le sens de l’odorat, des activités de dégustation impliquant différentes saveurs peuvent développer le gout, offrir des activités impliquant la manipulation de différentes textures (compote de pommes, gelée de fruits, crème fouettée, etc.) Les enfants manipuleront différentes textures et pourront même y gouter. Le plus important à cet âge est de développer les sens pour inciter les enfants à gouter différentes saveurs.Créer un petit rituel que vous conserverez à chaque jour (lavage des mains, comptine avec le repas, chanson, livre, jeu, etc.) Les enfants se sentent en sécurité dans les routines. Le fait de savoir ce qui s’en vient les préparera à l’heure du repas.Utiliser des ustensiles amusants, de différentes couleurs. Vous pouvez même en fabriquer avec les enfants. Prendre un carton et découper un cercle. Y coller des autocollants ou le faire colorier par les enfants. Percer un trou à chaque extrémité pour y insérer la fourchette ou la cuillère.Décorer des verres en plastique avec des autocollants, boire avec des pailles, mettre du colorant alimentaire dans le lait. Tout faire pour attirer l’œil des enfants.Décorer des assiettes ou des napperons avec les enfants.Utiliser un renforcement positif à la fin du repas.

 

Lors des activités de groupe

 

Je participe aux activités

Plus les enfants sont petits, plus on privilégie des activités de courte durée. Généralement, on peut calculer en moyenne 5 minutes d’attention par âge (1 an = 5 minutes, 2 ans = 10 minutes).Faire des petites activités en petits groupes. Plus les enfants sont petits, plus l’attention est de courte durée. À 2 ans, si vous faites un jeu à tour de rôle, le tour de chaque enfant doit revenir assez rapidement.Imager la séquence de la journée et y inclure les activités prévues. Amener les enfants à regarder la séquence de la journée.Offrir deux activités aux enfants. Les enfants ont besoin de choisir, ils commencent leur phase d’affirmation. Avoir le sentiment d’avoir choisi quelque chose les amènera à participer plus facilement.

 

Face aux consignes

 

J’apprivoise les consignes

Imager les consignes à respecter dans le local. Intégrer une consigne à la fois avec les enfants, la regarder régulièrement. Une fois qu’elle est comprise par les enfants, en ajouter une autre. À chaque fois qu’un enfant oublie la consigne, le ramener voir l’image et l’expliquer avec des mots très simples.Féliciter un enfant à chaque fois qu’il respecte une consigne en apprentissage. « Bravo, tu marches dans le local. »Formuler les consignes positivement à chaque fois que vous devez les dire aux enfants.La règle de la constance : appliquer chaque jour les mêmes consignes.Appliquer également toujours la même conséquence à une consigne non respectée. Après avoir répété 3 fois la même consigne, une conséquence logique peut être appliquée auprès des enfants.Discuter avec les parents des consignes à respecter dans votre local. Si des images se rattachent à celles-ci, leur en fournir une copie pour qu’ils puissent les appliquer à la maison. Plus les enfants feront face aux mêmes consignes, plus ils les intègreront rapidement dans leur quotidien.

 

Lors des moments d’attente

 

Je collabore de façon positive au déroulement

Rendre vos animations attrayantes en changeant le ton de votre voix, avec un costume, un chapeau coloré, du maquillage. Les enfants doivent avant tout s’intéresser à votre activité.Adapter vos animations en fonction du degré d’attention des enfants.Préparer un bac de jouets très simples que vous pourrez sortir lors des moments d’attente, au vestiaire ou à la salle de bain par exemple.Garder près de vous les enfants qui demandent plus d’attention. Vous pourrez intervenir rapidement pour conserver leur attention et leur participation.Coller au sol en forme de cercle des images attrayantes selon le thème de votre choix. Lors d’une animation, demander aux enfants d’aller choisir une image et de s’y assoir.Favoriser la participation de tous en les interpelant pour répondre à une question ou pour agir à titre d’acteurs dans une animation.

 

Lors du départ

 

Je suis heureux de voir maman et papa

Encore une fois, imager la routine de la journée en y incluant le moment « retour à la maison ». Y préparer les enfants. Prendre quelques minutes en fin de journée pour faire un récapitulatif de la journée en indiquant que les parents arriveront bientôt.Demander à chaque parent d’amener une photo d’eux. Lorsqu’un parent vient chercher son enfant avant la fin de la journée, la coller sur la séquence de la journée. L’enfant saura qu’il partira plus tôt.En fin de journée, privilégier les jeux libres. Si vous êtes en animation lorsque le parent arrive, l’enfant sera peut-être plus intéressé à rester pour poursuivre celle-ci.Accompagner l’enfant jusqu’à son parent. Prendre l’enfant par la main si besoin est et vous diriger vers le parent. Raconter la journée de l’enfant à son parent en ajoutant des commentaires très positifs.

 

Lors du rangement de matériel

 

Je range au bon endroit

Avant la fin de la période de jeu, avertir les enfants du temps restant avant le rangement des jouets. Faire un décompte (10 minutes, 5 minutes, 2 minutes et 1 minute).Utiliser une minuterie. Chronométrer le temps restant et, une fois la sonnerie retentie, c’est le moment de ranger.Participer avec eux au rangement. Les enfants ont besoin d’un modèle. Donner des consignes telles que : « Range le camion dans le bac à côté de toi. » Déposer ensuite le camion dans les mains de l’enfant.Identifier les bacs de rangement à l’aide d’images. Les enfants pourront placer à l’intérieur les jouets correspondants. On travaille alors la classification.

 

J’apprends à découvrir qui je suis à travers ma psychomotricité

 

Lors des activités qui impliquent des déplacements (motricité globale)

 

Je me déplace

Favoriser les parcours moteurs qui travailleront plusieurs mouvements différents : ramper en dessous d’une table, grimper sur une chaise, marcher sur une ligne, etc. Vous pouvez facilement adapter les parcours selon les capacités de chaque enfant.Favoriser la position debout pour jouer, principalement pour les enfants qui débutent l’apprentissage de la marche. Placer des tables correspondant à la hauteur des enfants, les rendre attrayantes en y collant des images, en y déposant des jouets.Pour favoriser la marche à quatre pattes, coller des images en dessous des tables et amener les enfants les voir.Si possible, installer sur les murs des rampes à la hauteur des enfants. Inciter les enfants à s’y tenir pour se déplacer entre les locaux. Cela prend plus de temps, mais ce sera tellement payant!Coller sur les murs des images et des miroirs à la hauteur des enfants lorsqu’ils sont debout. Les amener les voir en les tenant debout. Les enfants seront probablement portés à y retourner. Ils se tiendront debout seuls sur le bord des murs.

 

Lors des activités qui impliquent de la manipulation

 

Je manipule de petits objets

Pour favoriser la prise entre le pouce et l’index : donner à l’enfant des billes qu’il déposera dans un bac d’eau pour ensuite les récupérer, placer des jetons de bingo dans une tirelire, déposer des céréales Cheerios dans un plat, offrir des raisins secs comme collation, cacher à l’intérieur d’un bac de riz des billes que l’enfant cherchera. Attention! Une surveillance est nécessaire pour éviter les étouffements.Récupérer toutes sortes de boites de différentes grandeurs (céréales, pâtes alimentaires, biscuits, etc.) Refermer chaque bout et les solidifier à l’aide de ruban adhésif. Les remettre aux enfants et les inviter à faire des tours.Pour favoriser l’apprentissage des dessins, utiliser des grandes feuilles.Coller des grandes feuilles sur le plancher et permettre aux enfants d’y dessiner. Favoriser la position sur le ventre en se tenant en équilibre sur les avant-bras. Cela travaille la force musculaire.Fabriquer des crayons de glace. Prendre des contenants de plastique que l’on utilise pour faire des sucettes maison. Y verser de l’eau et quelques gouttes de colorant alimentaire. Les faire congeler et les offrir aux enfants.Au début, utiliser des crayons de grande dimension. Ils facilitent la préhension à cet âge.

 

Lorsque j’identifie les parties de mon corps (schéma corporel)

 

Je prends conscience de mon corps

Utiliser des poupées. Pointer chaque partie du corps tout en les nommant avec l’enfant. Vous pourriez aussi prendre des petits autocollants et vous amuser à en coller sur chaque partie du corps de la poupée.Sur le corps de l’enfant, coller des autocollants ou faire des petits dessins à l’aide de crayons à maquillage en nommant les parties du corps. Beaucoup de plaisir!Coller au mur une affiche du corps humain. Avoir dans vos mains les images des yeux, des mains, de la bouche, du nez, etc. Les coller avec les enfants au bon endroit.Lors du lavage des mains, nommer à chaque fois les parties du corps nettoyées. Les enfants apprennent à l’aide de répétition.Placer des miroirs à la hauteur des enfants. Faire des grimaces avec eux en vous regardant dans le miroir, faire un dessin sur la joue de l’enfant et l’inviter à aller regarder dans le miroir, faire des coucous avec les mains dans le miroir, etc. Les enfants adorent les miroirs à cet âge!

 

J’apprends à découvrir qui je suis à travers ma façon de communiquer

 

Lorsqu’une personne entre en communication avec moi

 

Je comprends les demandes

Intégrer des images de mots simples du quotidien de l’enfant et les utiliser à tous les jours. Coller l’image d’un doudou sur l’armoire des doudous, une image de jouets sur l’étagère des jouets, etc. À chaque fois que l’enfant demande quelque chose, pointer avec lui l’image et répéter le mot. Lors des consignes simples, comme lorsque vous demandez à un enfant d’aller chercher son doudou, celui-ci se retrouvera plus rapidement.Pour débuter, utiliser des consignes à un élément (un verbe et un objet : Va chercher tes souliers.) Ensuite, une fois l’action réalisée, donner la consigne suivante.Faire des jeux sonores. Par exemple, il existe des jeux de bingo qui favorisent l’apprentissage des sons. Une image est associée à chaque son. Faire entendre les sons aux enfants et leur présenter les images.Imiter les bruits d’animaux, le téléphone, le bruit des voitures qui roulent, etc.

 

Lorsque je communique

 

Je parle avec des mots

Nommer ce à quoi l’enfant pointe.Offrir des choix. Lorsque l’enfant demande quelque chose, vous pouvez lui dire : « Tu veux une pomme ou une orange? » Si l’enfant pointe encore ce qu’il veut, nommer ce qu’il pointe.Faire divers bruits de bouche pour pratiquer les enfants à produire des sons (brrr, grrr, boum, etc.)Lorsque vous parlez à un enfant, toujours vous placer à sa hauteur. Si vous utilisez des images ou des petits objets, les placer près de votre bouche pour favoriser l’apprentissage. L’enfant regardera les mouvements de vos lèvres pendant que vous produisez les mots.Répéter souvent les mêmes mots, les mêmes consignes. Les enfants apprennent par répétition. Ne jamais demander à un enfant de répéter.Identifier à l’aide de pictogrammes les endroits familiers (vestiaire, toilette, casier, effets personnels, etc.)

 

Lorsque j’ai un besoin à exprimer

 

J’exprime mes besoins

Apprendre à l’enfant à reconnaitre ses émotions. Présenter des photos d’émotions très franches (joie, peine, colère). Imiter les émotions avec les enfants. Utiliser le miroir.Prendre des photos des enfants lorsqu’ils vivent des émotions. En faire des tableaux d’émotions personnalisés pour les enfants.À chaque fois que l’enfant exprime une émotion, la nommer avec l’enfant.Leur offrir des moyens très simples pour gérer leurs émotions (donner un câlin, doudou, suce, se retirer dans un coin calme, etc.) Les enfants ont besoin d’exprimer leurs émotions, mais ils ont aussi besoin d’apprendre à les gérer. Leur donner des outils, des moyens pour réussir à exprimer leurs émotions adéquatement.

 

J’apprends à découvrir qui je suis à travers mon développement intellectuel

 

Je développe ma pensée logique (J’apprends)

 

Permanence de l’objet :

Faire des cachecaches avec les enfants. Chacun leur tour, ils vont se cacher. Chercher l’enfant caché.Utiliser des objets mécaniques qui avancent seuls. Placer une couverture sur les objets et actionner le mécanisme. Chaque objet sortira de la couverture tout seul.Montrer des objets aux enfants et les cacher sous une couverture. Les inciter à retirer la couverture pour y découvrir les objets cachés.Faire des jeux de coucou avec les débarbouillettes ou les doudous lors des moments de transition. Les utiliser pour cacher le visage des enfants, les enlever et dire « coucou » à chaque fois.Utiliser des objets sonores. Montrer un objet aux enfants et le cacher ensuite dans un coin du local. Inciter les enfants à aller le chercher en suivant le son.Utiliser des boites et des contenants opaques et y cacher des objets. Brasser les contenants pour montrer aux enfants qu’il s’y cache quelque chose.

 

Relation de cause à effet :

Frapper sur un tambour avec une baguette.Attacher une corde sur un objet sonore. Encourager les enfants à le trainer. Le fait de marcher provoquera un son et piquera la curiosité des enfants.Éteindre les lumières, les radios et les jouets à piles sonores avec les enfants.Les enfants de cet âge aiment beaucoup taper les autres enfants pour voir la réaction que cela provoque chez les autres. Lorsqu’un enfant tape et que l’autre ami crie ou pleure, vous assoir avec l’enfant et l’inciter à lui faire des caresses. Même si l’intention n’est pas de faire mal aux autres mais bien de voir leur réaction, le geste doit être géré par l’éducatrice.Taper dans les mains avec l’enfant. Sursauter à chaque fois que l’enfant tape dans votre main. Des rires garantis!

J’apprends à découvrir qui je suis à travers mes relations sociales

 

Je découvre mon environnement

 

J’explore l’environnement

Les enfants qui arrivent dans un milieu nouveau peuvent vivre de l’insécurité. Prendre l’enfant par la main et l’amener visiter les lieux, les locaux, le matériel. Toucher avec lui les objets, ranger avec lui ses effets personnels, etc. et ce, toujours dans le but de le sécuriser.Créer un petit coin « curiosité ». Garder dans votre local un coin que vous agrémenterez avec du nouveau matériel et de nouveaux jouets à chaque semaine. Vous pourriez y ajouter des livres sur un thème quelconque une semaine, y créer un coin bricolage une autre semaine, etc.Faire des sacs de devinettes. Placer dans des sacs de papier brun des objets divers. Inciter les enfants à mettre la main à l’intérieur pour toucher au contenu.Utiliser de gigantesques boites de carton. Les placer dans le local et coller à l’intérieur de celles-ci des images quelconques. Les enfants peuvent se promener et aller y jeter un coup d’oeil. Même les bébés qui rampent encore peuvent y jeter un coup d’œil.

 

Ma relation avec mes copains

 

J’établis des contacts

Les jeunes bébés jouent principalement de façon solitaire, puis en parallèle. Ils ont généralement très peu le gout de jouer avec les autres enfants. C’est à nous, les adultes, d’initier des contacts entre les enfants.

 

Pour éviter tout conflit à cet âge, essayer d’avoir assez de jouets pour tous les enfants.Faire des jeux collectifs à deux enfants comme, par exemple, construire une tour de blocs ou coller des autocollants sur une grande image commune.À 2 ans, commencer le jeu à tour de rôle le plus simplement possible. Demander aux enfants de frapper sur un tambour ou de piger quelque chose dans un sac à tour de rôle. Le tour de chaque enfant doit revenir le plus rapidement possible.Assoir les enfants en cercle et placer des bacs de jouets au centre. Participer avec chaque enfant au jeu auquel il s’intéresse. Inciter les enfants à s’échanger les jouets entre eux.Vous pouvez aussi instaurer, par des gestes très simples, la capacité de demander quelque chose à un autre ami. Par exemple, le fait de tendre la main vers un autre ami en nommant ce qu’il veut et en utilisant le mot « donne » pourrait initier les premiers contacts. Cela pourrait aussi éviter que les enfants enlèvent les jouets des mains des autres amis.

 

J’apprends à découvrir qui je suis à travers mes relations affectives

 

L’expression de mes sentiments (joie, tristesse, colère, etc.)

 

J’exprime mes émotions

Lorsqu’un enfant s’isole parce qu’il est triste, aller le chercher. Vous pouvez le laisser seul une minute, mais vous vous devez d’aller le voir et de l’amener à vous exprimer ses émotions. Lui dire avec des mots simples ce qu’il vit et lui donner des moyens pour exprimer et gérer ses émotions.Lorsque l’enfant frappe ou lance quelque chose parce qu’il est fâché, vous approcher de lui en mentionnant que vous voyez qu’il est fâché mais qu’il doit faire autre chose que de lancer des jouets. Proposer à l’enfant d’aller s’assoir seul ou de se faire bercer.Trouver des photos d’enfants en colère, qui rient ou qui pleurent. Les regarder avec les enfants du groupe et en faire un album. Les afficher au mur et inciter les enfants à aller les voir pour les nommer.

 

Face à une situation frustrante

 

J’exprime mes frustrations

À cet âge, les gestes physiques sont fréquents pour exprimer les frustrations vécues. Les enfants vont frapper un autre parce qu’il est assis trop près de lui ou lui mordre la main s’il lui enlève un jouet. Malgré leur jeune âge, les enfants doivent apprendre que ces gestes sont inacceptables et qu’il y a parfois des conséquences logiques aux gestes posés.

 

Si un enfant frappe ou mord un autre enfant, retirer l’enfant dans un coin pendant une minute le temps que vous vous occupez de la victime. Ensuite, aller voir l’enfant et lui dire avec des mots simples que vous ne voulez pas voir de gestes comme ça. L’amener à vivre la conséquence logique, soit de caresser l’ami ou de lui remettre le jouet qui était à l’origine de la chicane.Maintenir rigoureusement votre façon d’intervenir face à un tel comportement.Vous pourriez identifier, à l’aide d’images simples, les gestes inacceptables. Par exemple, vous pourriez avoir une image d’un enfant qui frappe un autre avec un gros X rouge dessiné dessus.Aider les enfants à se calmer lorsqu’ils sont en colère en les berçant, en leur donnant un jouet réconfortant, leur doudou, etc.Si la colère persiste, amener l’enfant à l’écart du groupe et lui demander de jouer seul quelques instants. Il pourra revenir une fois calme.

 

J’apprends à devenir autonome

 

Je m’intéresse à la toilette

Observer attentivement les signes qui démontrent que l’enfant peut être prêt à utiliser la toilette : il reste sec pendant de longues périodes, il peut baisser ses pantalons seul, il démontre un intérêt pour la toilette, il exprime verbalement ses besoins, il est capable de se déplacer seul vers les toilettes, il peut imiter ce que les adultes font, il peut comprendre des consignes simples. L’observation de plusieurs de ces signes peut présager le moment opportun pour l’apprentissage de la propreté.Faire un préentrainement : vous servir d’une poupée pour faire un jeu pour décrire chacune des étapes (on enlève la couche et on met des petites culottes, la petite poupée est une grande fille ou un grand garçon, on baisse les pantalons, etc.) Faire pratiquer encore et encore les enfants. Modeler ce qui arrive lorsqu’on s’échappe.Inclure des moments d’hygiène dans la séquence de la journée. Sur votre séquence imagée, placer une image d’une toilette qui indiquera aux enfants les moments où ils doivent se diriger vers la toilette.Créer des renforcements positifs lorsque les enfants vont à la toilette : félicitations verbales, autocollant sur une feuille, etc.Créer une bonne collaboration avec les parents lors de cet apprentissage. Donner les commentaires positifs aux parents sans trop miser sur les accidents de la journée. Les enfants doivent vivre des succès.

 

Je mange seul

Utiliser des verres sans couvercle et y verser une très petite quantité de liquide. Rester près de l’enfant pour éviter les dégâts.Coller sur la tablette de la chaise haute un autocollant qui indiquera l’endroit où l’enfant devra déposer son verre. Placer le verre sur l’autocollant avec l’enfant.Quand l’enfant commence à manger avec la cuillère, utiliser la technique des 2 cuillères. Remettre à l’enfant 2 cuillères qui occuperont chacune de ses mains. Il utilisera davantage ses cuillères et ne sera pas porté à prendre les aliments avec ses doigts.À la fin du repas, remettre aux enfants une débarbouillette. Attendre une minute, les laisser faire seuls un peu et ensuite terminer le nettoyage avec eux pour vous assurer qu’ils soient propres.Laisser les enfants laver des poupées avec des débarbouillettes et du savon. Vous pouvez aussi fournir des bacs d’eau…Donner des consignes verbales aux enfants pendant les repas. Par exemple, les encourager à prendre une autre bouchée de pain.Donner à l’enfant l’opportunité de faire des choix entre deux bavettes, deux ustensiles, deux verres. Plus l’enfant aura l’impression qu’il a du pouvoir, mieux il participera au moment des repas.

 

Je m’habille seul

Faire des jeux pour aider les enfants à reconnaitre leurs vêtements. Placer dans une boite les vêtements des enfants et leur demander d’aller trouver leurs propres vêtements.Laisser des vêtements à leur disposition dans le coin déguisement. Les inciter à se pratiquer à s’habiller.Créer des livres tactiles en collant sur de grandes pages des boutons à enfiler, des fermetures éclair, etc. Utiliser de vieux vêtements et y découper les parties à conserver. Les coller sur des grands cartons et faire travailler les petits doigts des enfants.Donner des consignes et des encouragements verbaux pendant l’habillement. Remettre à l’enfant le vêtement à enfiler et lui mentionner verbalement les actions à poser : « Mets-le sur ta tête, entre ton bras, sors ton pied, etc. »Féliciter les enfants de tout effort.Dans le vestiaire, afficher à l’aide d’images la séquence des vêtements à enfiler.Faire des jeux d’animation. Remettre à chaque enfant ses vêtements ou utiliser les vôtres. Enfiler tous ensemble le vêtement approprié. Aider chaque enfant, si besoin est, à enfiler un deuxième vêtement.Faire des jeux de toutes sortes avec les enfants pour apprendre le nom des vêtements et des parties du corps.

 

Maude Dubé

Éducatrice spécialisée


*Educatout.com n'est aucunement responsable du contenu de cet article. Toutes les informations mentionnées sont la responsabilité de son auteur et educatout.com se dégage de toute responsabilité ou de tout litige découlant de l'affichage dudit article.

Publicité


Auteur

Maude DubéMaude Dubé

Maude est éducatrice spécialisée, auteure et intervenante en stimulation du langage en CPE et CLSC. Collaboratrice pour le Cybermagazine depuis 2006 elle répond aussi aux questions des internautes dans la section edu-conseils d'educatout.



Vidéos associées

5 déguisements 5 déguisements "dernière minute" d'Halloween
Tu as oublié Halloween dans quelques jours? Ne panique pas, regarde 5 idées bêtes comme chou!...


Publicité
Secured By Entrust, SSL (Secure Sockets Layer). Verify

Site affilié à
Rogers
Pour les placements publicitaires sur educatout téléchargez notre KIT MÉDIA

Back to Top